Cet article a été publié le: 2/08/22 16:53 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ Il est temps que l’Afrique reçoive des réparations pour ses enfants vendus en esclavage (Président Akufo-Addo)

Abidjan, 03 août 2022 (AIP)-Le président ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, a déclaré qu’il est temps que l’Afrique reçoive des réparations pour ses enfants vendus en esclavage, rapporte l’Agence de presse ghanéenne (GNA).

“Il est temps que l’Afrique dont vingt millions de fils et de filles ont vu leurs libertés restreintes et vendus en esclavage, reçoivent également des réparations”, a-t-il indiqué lors de l’ouverture du sommet de quatre jours sur les réparations et la guérison raciale à Accra au Ghana, lundi 1er août 2022.

Selon lui,  bien qu’aucune somme d’argent ne puisse réparer les dommages causés par la traite transatlantique des exclaves et ses conséquences qui ont duré plusieurs siècles, “il est maintenant temps de relancer et d’intensifier les discussions sur les réparations pour l’Afrique”.

Pour le président du Ghana, les effets de la traite des exclaves ont été dévastateurs pour le continent africain et toute la période de l’esclavage étouffant l’économie africaine ainsi que les progrès culturels et psychologiques.

Akufo-Addo a noté que lorsque les Britanniques ont mis fin à l’esclavage, tous les propriétaires d’Africains réduis en esclavage ont reçu des réparations à hauteur de 20 millions de Livres Sterlings (l’équivalent aujourd’hui de 20 milliards de Livres Sterlings) mais les Africains réduis en esclavage eux-mêmes n’ont pas reçu un  sou.

De même aux Etats-Unis, les propriétaires d’esclaves recevaient 300 Dollars pour chaque esclave qu’ils possédaient, les esclaves eux-mêmes ne recevaient rien. Dans le cas de Haïti, le pays a dû payer des réparations s’élevant à 21 milliards de Dollars aux esclavagistes français en 1825 pour la victoire de la grande révolution haïtienne, la première dans les Amériques et les Caraïbes qui a libéré les esclaves.

“Les Amérindiens ont reçu et continuent de recevoir des réparations; les familles américano-japonaises qui ont été incarcérés dans des camps d’internement en Amérique pendant la seconde guerre mondiale ont reçu des réparations; le peuple juif dont six millions ont péri dans des camps de concentration de l’Allemagne hitlérienne a reçu des réparations y compris des subventions et un soutien à la patrie”, a-t-il poursuivi.

Pour lui donc, l’Afrique a trop attendu les réparations de ses enfants. Il est maintenant temps que les Africains et les personnes d’ascendance africaine qui on subi le commerce transatlantique de l’esclavage reçoivent réparation et des excuses officielles de la part des nations  impliquées dans la traite des esclaves pour les crimes et les dommages quelles ont causé à la population africaine dans le monde entier. Il a exhorté l’Union africaine ainsi que les amis et les parents de la diaspora à s’engager pour former un front uni afin de faire avancer la cause des réparations.

“Le discours sur les réparations ne peut réussir sans mettre l’accent  sur la guérison raciale. Nous devons guérir des tords du passé afin de tirer parti des opportunités qui nous attendent à l’avenir”, a-t-il fait remarquer.

Le sommet est co-organisé par la commission de l’Union africaine, African transitional Justice Legacy fund, l’Institut afro-américain et Global black, avec un financement de la fondation John D et Catherine T MacArthur.

(AIP)

sdaf/cmas