Cet article a été publié le: 7/12/21 19:25 GMT

AIP/ 28 ans après la disparition d’Houphouët-Boigny, Augustin Thiam appelle à la solidarité entre Ivoiriens

Yamoussoukro, 7 déc 2021 (AIP) – Le ministre gouverneur du district autonome de Yamoussoukro, Augustin Thiam a invité les Ivoiriens à retourner à l’esprit de solidarité qui a caractérisé les années Houphouët-Boigny, mardi 7 décembre 2021, 28 années après la disparition du fondateur de la Côte d’Ivoire moderne.

« Cette solidarité que nos parents manifestaient entre eux, qui était une solidarité de leur génération, j’ai l’impression qu’elle a disparu aujourd’hui. Les Ivoiriens ne sont plus solidaires les uns des autres, sauf quand ils vont à IVOSEP (Ivoire Sépulture) », a constaté Augustin Thiam qui s’exprimait quelques heures après avoir assisté à la messe dite en souvenir de Félix Houphouët-Boigny.

Augustin Thiam, par ailleurs Nanan Boigny N’dri 3, petit-fils de l’illustre personnage, a appelé à  réintroduire «  la bienveillance les uns envers les autres, la charité les uns envers les autres » car « de simples règles de courtoisie de la vie de tous les jours ont tendance à disparaître de la société ivoirienne ».

Il s’agit bien là des vraies valeurs de l’Houphouétisme qui  est un comportement de tous les jours.

Le père célébrant de la messe, le Recteur de la Basilique, père Franck Allatin,  avait souligné que le rassemblement du jour était non seulement pour l’ancien Chef d’Etat qui a laissé une trace indélébile dans l’histoire moderne de la Côte d’Ivoire mais également pour tous les Ivoiriens qui ont « la responsabilité vis-à-vis de l’histoire de notre pays de fructifier ce que le Président Houphouët par la grâce de Dieu a semé, la terre de Côte d’Ivoire ».

L’homme de DIEU avait surtout affirmé que le président Houphouët-Boigny est “un trésor national aux mains de tous les Ivoiriens et non un souvenir captif aux mains de chapelles politiques”.

« Il faut libérer la mémoire du président Houphouët des pratiques politiciennes, démagogues. Il faut s’approprier l’héritage et la personne du Président Houphouët », avait-il souhaité.

Félix Houphouët-Boigny a longuement nourri l’ambition de transformer l’Etat de Côte d’Ivoire en une nation forte dans laquelle les habitants se sentent liés les uns aux autres par un sentiment fort. Pour cet objectif, il avait érigé la paix en religion et saisi toutes les tribunes pour encourager l’amour et la solidarité entre ses compatriotes.

(AIP)

gso/ask