Cet article a été publié le: 10/08/21 19:27 GMT

AIP/ La Côte d’Ivoire est résolument engagée dans la digitalisation de son système d’état civil (Ministre)

Abidjan, 10 août 2021 (AIP)- La Côte d’Ivoire est résolument engagée dans la digitalisation de son système d’état civil,  a déclaré mardi 10 août 2021, représentant du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le colonel Sylla Mory, en livrant le message du ministre Vagondo Diomandé.

Il s’exprimait lors de la commémoration de la quatrième édition de la Journée africaine de l’état civil célébrée dans l’enceinte de la mairie d’Adjamé.

Le représentant du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a souligné qu’aujourd’hui, après plusieurs études et expériences pilotes réussies, le système d’état civil ivoirien procédera à l’exploitation du potentiel des technologies innovantes largement disponible, la numérisation d’un large éventail du processus, et le déploiement des services automatisés pour réduire l’interaction entre les hommes et assurer une interopérabilité des données entre les structures.

« La Côte d’Ivoire se prépare au développement de son logiciel national de gestion des faits d’état civil à travers une phase pilote dans 17 centres d’état civil, qui sera suivie d’une phase de déploiement dans huit régions pour aboutir à une phase de généralisation totale d’ici fin 2023 », a annoncé le colonel Sylla Mory.

Pour lui, une collaboration étroite avec le secteur de la santé, en particulier les services de santé maternelle et infantile est également nécessaire, afin de d’assurer la continuité de l’enregistrement des naissances mêmes dans les situations d’urgence.

« En définitive, l’état civil doit être classé comme un service essentiel. C’est pourquoi, le gouvernement ivoirien consacre un pan essentiel de son programme à sa modernisation pour doter notre pays d’un état civil fiable, exhaustive, sécurisé et statistiquement utile pour une gouvernance moderne », a déclaré le représentant du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité.

En Côte d’Ivoire, la réforme entreprise par le gouvernement depuis 2018 à travers la mise en  place du Registre national des personnes physiques (RNPP) inclut un vaste programme de modernisation de son système de l’état civil dont les résultats sont aujourd’hui perceptibles. Il s’agit d’abord de la réforme du cadre juridique et institutionnel qui a abouti à l’adoption d’une nouvelle loi intégrant de nouveaux acteurs pour assurer une décentralisation des services rapprochés des populations.

(AIP)

tg/cmas