Cet article a été publié le: 28/07/21 10:34 GMT

AIP/ Le Patronat ivoirien déterminé à conquérir le marché continental africain

Abidjan, 28 juil 2021 (AIP)- Le Patronat ivoirien envisage de s’outiller pour conquérir valablement marché continental africain, après avoir obtenu l’assurance sur la solidité du processus de mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Ce témoignage a été porté mardi 27 juillet 2021, à la Maison de l’entreprise à Abidjan, lors d’une rencontre échanges entre la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) et le secrétaire général de la ZLECAf, Wamkélé Mene, en visite de travail en Côte d’Ivoire.

Au nom des entreprises ivoiriennes et des organisations professionnelles, le président de la CGECI, Jean-Marie Ackah, a promis la participation entière du secteur privé ivoirien pour la réussite de la mise en œuvre de l’accord sur la ZLECAf, convaincu qu’il offre une opportunité de développement de marché, pour le secteur privé.

La ZLECAf offre un marché de 1,2 milliard de consommateurs, soutenu entre autres, par une réduction du coût des intrants, un accès à l’investissement direct étranger, une accélération de l’industrialisation des pays, la création d’emplois portée par le secteur privé en plus de l’autonomisation des jeunes et des femmes.

Le Patronat ivoirien s’applique désormais à renforcer les capacités des entreprises afin de mieux saisir les opportunités de la ZLECAf. A cet effet, à l’initiative de l’Association pour la promotion des exportations de Côte d’Ivoire (Apex-ci), un atelier se tient lundi 26 au vendredi 30 juillet 2021 à Abidjan pour outiller les petites et moyennes entreprises (PME) à l’exportation avec la ZLECAf.

En outre, il est prévu l’organisation en octobre 2021, du forum “CGECI Académie”, portant sur la résilience des entreprises car « la capacité à exporter dans les pays africains est un facteur clé de résilience de nos entreprises », a soutenu M. Ackah.

La CGECI fédère 3500 entreprises qui représentent 80% des recettes fiscales de l’Etat de Côte d’Ivoire et plus de 400 000 emplois, presque la moitié des emplois formels du pays.

(AIP)

eaa/cmas