Cet article a été publié le: 21/10/21 22:07 GMT

AIP/ L’OIT renforce son action en faveur de la promotion des emplois verts et de la transition juste en Côte d’Ivoire

Abidjan, 21 oct 2021 (AIP)- Le Bureau pays de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) renforce sa promotion des emplois verts et la transition juste en Côte d’Ivoire, par le biais de la mise en œuvre du projet “La dimension sociale de la transition écologique”.

L’Organisation a initié, à cet effet, jeudi 21 octobre 2021 à Abidjan, un atelier de briefing sur le projet, avec pour objectif d’informer et d’impliquer pleinement les structures institutionnelles du dialogue social et autres acteurs du milieu du travail et de l’environnement au programme.

A travers ce projet, l’OIT s’engage à promouvoir une transition juste et un avenir durable qui répondent aux impératifs du travail décent.

La Côte d’Ivoire, l’une des économies les plus dynamiques du continent, presque 8% en moyenne par an depuis 2012, a vu sa croissance ralentir en 2020, du fait de la COVID-19. Mais, selon les estimations, elle connait un fort rebond de +6% 2021. Toutefois, ces performances macroéconomiques sont entachées de disparités socio-économiques.

Le taux d’emploi stagne autour de 55%. Le taux d’emploi des jeunes a diminué entre 2015 et 2019 et s’élève à 32, 8%. Près de 2,8 millions de la population en âge de travailler est concernée par le chômage. Le secteur informel, le plus grand pourvoyeur d’emplois, fournissant 9 emplois sur 10, est caractérisé par la vulnérabilité et la précarité des emplois.

Ainsi, l’un des défis majeurs du pays est de consolider son dynamisme économique avec un régime de croissance inclusive par la création d’emplois productifs, écologiquement durables et décents, en nombre suffisant, faisant la part-belle aux jeunes et aux femmes, tout en incluant des systèmes de protection sociale, a expliqué la représentante du directeur de Pays du Bureau international de Travail (BIT), Sophie De Coninck.

Ceci, a-t-elle soutenu, permettra non seulement endiguer le chômage et le sous-emploi mais aussi de stimuler l’innovation et la création d’emplois verts, une réplique au changement climatique. Ce mécanisme ne pourra se faire que dans un consensus social obtenu à partir d’un dialogue social inclusif.

D’où le projet ” la dimension sociale de la transition écologique ” qui traduit la volonté de l’OIT d’œuvrer en collaboration avec le gouvernement et les partenaires sociaux pour créer un cadre favorable à la promotion des emplois verts et de la transition juste en Côte d’Ivoire.

Le représentant du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Léopold Kouaho, a de fait, salué les actions de l’OIT en faveur du dialogue social, de l’emploi, du genre en Côte d’Ivoire, soulignant que le pays s’est engagé ” dans l’effort mondial de réduction des Gaz à effet de Serre et dans la mise en œuvre des mesures de renforcement de la résilience de l’économie nationale et des populations “. Pour ce fait, il vient de réviser ses Contributions déterminées au niveau national (CDN) présentées le jeudi 20 octobre 2021 par le ministre de l’Environnement à la Primature à quelques jours de la COP 26 sur le climat à Glasgow. Ces CDM affichent un rehaussement de notre ambition climatique qui passe – 28% à 30,40 % de réduction d’ici 2030, a-t-il soutenu.

Dans la même veine, le représentant du ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale, Prof Marcel Kouadio a remercié l’OIT et la France. Lequel projet est en harmonie avec la politique sociale du gouvernement.

L’atelier de briefing marque le démarrage effectif du projet lancé en 2020, pour une durée de quatre ans et financé par la France. Outre la Côte d’Ivoire, le projet sera également implémenté au Nigeria et au Sénégal.

Grâce à ce projet, il est prévu le 29 novembre, le lancement officiel d’un hub régional francophone de formation, co-hébergé par deux structures universitaires en Côte d’Ivoire et au Sénégal, qui sera un cadre propice de formation d’experts sur les technique d’analyse des impacts des politiques climatiques en terme d’emploi, a conclu le spécialiste Emploi vert pour le bureau BIT Afrique, Boureima Fayçal.

(AIP)

eaa/ask