Cet article a été publié le: 17/08/22 14:52 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Affi N’Guessan veut faire des conseils régionaux, la colonne vertébrale de sa politique de développement de la Côte d’Ivoire

Divo, 17 août 2022 (AIP) – Le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, a bouclé sa tournée politique dans la région du Lôh-Djiboua, par un meeting dans la ville de Lakota, où il a expliqué aux populations que si son parti arrive au pouvoir en 2025, les conseils régionaux vont constituer « la colonne vertébrale du développement national ».

Le président du FPI a rappelé que les conseils généraux dans les départements avaient été initiés par son parti, quand celui-ci est arrivé au pouvoir en 2000. Selon lui, déclinées en conseils régionaux, ces collectivités décentralisées n’arrivent pas à atteindre actuellement les objectifs de développement qui leur sont assignés, parce que les budgets que l’Etat leur affecte sont insuffisants alors que, a-t-il souligné, « La décentralisation est une politique de la générosité ».

« Si en 2025 je suis président, les conseils régionaux seront la colonne vertébrale du développement national. C’est autour du conseil régional que tout va s’organiser. C’est notre petit gouvernement ici (en région) », a déclaré M. Affi N’Guessan.

Le président du FPI a précisé que la vision de son parti est de doter les conseils régionaux de moyens cinq fois plus importants que les budgets annuels actuels de 3 milliards de francs CFA. « Chaque conseil régional recevra au minimum 15 à 20 milliards de francs CFA », a-t-il indiqué.

Selon l’opposant, la Côte d’Ivoire a actuellement environ10 000 milliards de francs CFA, chaque année. Le dixième de ce budget au profit des conseils régionaux, selon lui, permettra au pays de connaître un développement fulgurant.

L’ex-premier ministre de Gbagbo a expliqué qu’une telle dotation, fera que l’Etat ne s’occupera que des préoccupations d’ordre national, tandis que les conseils régionaux s’occuperont des problèmes de développement spécifiques des régions respectives.

Ces collectivités régleront  en plus grand nombre, a-t-on noté, les questions d’ouverture et de ré-profilage des voies routières, de pistes villageoises, de constructions plus nombreuses des hôpitaux, des écoles, les problèmes de l’emploi des jeunes et d’autres domaines.

(AIP)

jmk/tm