Cet article a été publié le: 10/12/20 15:53 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ APV-FLEGT : Des acquis à même de booster toutes les réformes sur la formalisation du marché national du bois obtenus

Abidjan, 10 déc 2020 (AIP)- Le point focal national du processus d’Accord de partenariat volontaire sur le Programme pour l’application des règlementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux (APV-FLEGT) Côte d’Ivoire, Commandant Cheick Tidiane Sylla, affirme que les acquis obtenus dans le cadre de la mise en œuvre du processus vont booster toutes les réformes sur la formalisation du marché national du bois.

« Au terme du projet, les acquis que nous avons obtenus constituent une approche très importante  dans le processus de négociation de l’accord sur le partenariat volontaire et vont booster  toutes les réformes engagées par le ministère des Eaux et Forêts  dans le cadre de la formalisation de son marché national de bois », a soutenu, jeudi 10 décembre 2020, Commandant Sylla, lors de l’atelier de restitution des résultats du projet APV-FLEGT.

Selon lui, le projet a permis au comité technique de négociation de s’appesantir surtout sur les marchés publics pour la réalisation lesquels l’usage du bois est nécessaire pour avoir des données chiffrées, mieux comprendre la proportion des bois qui sont utilisés dans lesdits marchés et faire des propositions en termes d’une politique publique d’achat de bois.

Au nom du ministre de tutelle, Alain-Richard Donwahi, la directrice des Forêts et de la Faune, Joëlle Elvire Zouzou Mailly, a remercié le comité technique de négociation et son comité de réflexion sur le marché national du bois, des consultants du Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR) et l’ensemble des parties prenantes impliquées pour leur contribution à l’atteinte des résultats du projet.

« Les marchés publics  notamment ceux intégrant du bois ou des produits dérivés du bois constituent une des  premières possibilités d’actions pour l’assainissement du marché national en vue d’affirmer le devoir d’exemplarité de l’Etat », a souligné Mme Zouzou Mailly.

Le projet est intitulé « Contribution à la mise en place d’une politique publique d’achat responsable de bois en vue de l’intégration progressive du marché national dans l’APV » et bénéficie de l’appui financier de l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture (FAO) et de l’Union Européenne.

Le représentant résident de la FAO, représenté aux travaux de l’atelier par colonel Koffi Konan, a réitéré le soutien de l’organisme à l’Etat ivoirien dans le mise en œuvre du processus sur la gouvernance forestière. Cette organisation a déjà financé 16 projets depuis 2012, a-t-on appris.

Depuis 2013, la Côte d’Ivoire est engagé dans la négociation d’un APV avec l’UE en vue d’endiguer l’exploitation illégale du bois et le commerce qui lui est associé. Pour cela, la Côte d’Ivoire a entrepris d’assainir son marché national de bois en vue de son intégration progressive dans l’accord en cours de négociation.

(AIP)

fmo