Cet article a été publié le: 27/11/20 14:43 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Burkina Faso : d’immenses défis attendent le président réélu (Humanitaire)

Abidjan, 27 nov 2020 (AIP)- Le Conseil norvégien pour les réfugiés au Burkina Faso a relevé « les immenses défis » auxquels est confronté le président réélu Roch Marc Christian Kaboré au Burkina Faso, qui sont entre autres sécuritaires, humanitaires, éducatifs.

L’escalade du conflit, les déplacements de populations et les conséquences économiques de la Covid-19 ont poussé plus de trois millions de personnes à travers le pays à sombrer dans la faim, a indiqué le directeur du Conseil norvégien pour les réfugiés au Burkina Faso, Manenji Mangundu, à l’occasion de la proclamation jeudi 26 novembre des résultats provisoires de l’élection présidentielle par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) donnant Roch Marc Christian Kaboré vainqueur à 57,87%.

Ainsi, le directeur du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) au Burkina Faso, Manenji Mangundu, a demandé au président Kaboré d’une part de veiller à ce que les acteurs humanitaires puissent apporter l’aide nécessaire en toute sécurité aux populations afin d’empêcher le pays de sombrer dans la famine. D’autre part, il appelle le président Kaboré à assurer la protection des civils et à renforcer les efforts de prévention de la violence basée sur le genre”.

Plus d’un million de personnes sont déplacées par les conflits en cours dans certaines régions du pays. Le nombre de déplacés à l’intérieur de ce pays, autrefois paisible, est passé de 87 mille en janvier 2019 à 1 050 mille en novembre 2020.

Aussi, 3,2 millions de personnes sont confrontées à une crise alimentaire, dont 1,8 million sont supposées être en phase d’urgence et 11 300 en phase de catastrophe. Les agences alimentaires de l’ONU ont averti que le pays peut sombrer dans la famine si la situation se détériore dans les mois à venir, a relevé le directeur du l’institution.

Les écoles sont régulièrement prises pour cible par les groupes armés et plus de 760 000 enfants sont privés d’éducation en raison de l’insécurité. L’avenir de ces enfants ne tient qu’à un fil. Le nouveau gouvernement doit placer ces enfants en tête de sa liste de priorités et leur montrer qu’ils ne sont pas oubliés, souligne Manenji Mangundu.

Le Burkina Faso se classe troisième sur les dix crises les plus négligées dans le monde selon la liste annuelle des crises de déplacement négligées du NRC publiée en juin. Jusqu’à présent, les donateurs ont fourni 55 % des fonds nécessaires pour couvrir les besoins humanitaires de base au Burkina Faso en 2020, selon les Nations unies.

Le NRC est une organisation humanitaire indépendante qui aide les personnes contraintes de fuir les conflits. Il œuvre dans plus de trente pays, dont le Burkina Faso, en apportant soutien par la construction d’abris, l’approvisionnement en eau, les services sanitaires, la promotion de l’hygiène, l’éducation, les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire.

(AIP)

eaa/ask