Cet article a été publié le: 26/07/21 14:33 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Couche d’ozone : des agents de douanes et des contrôleurs du commerce renforcent leurs capacités

Abidjan, 26 juil 2021 (AIP)- Des agents des douanes et des contrôleurs du ministère du Commerce ont entamé lundi 26 juillet 2021 à Abidjan, un atelier de renforcement de leurs capacités sur l’identification et le contrôle des substances qui appauvrissent la couche d’ozone, à l’initiative du Projet Ozone du ministère de l’Environnement et du Développement durable.

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Jean Luc Assi, a rappelé que, pour lutter contre la détérioration de la couche d’ozone sans laquelle la vie sur terre serait impossible, la Côte d’Ivoire, à l’instar de tous les Etats du monde entier, a ratifié le 30 novembre 1992, la convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone et a adhéré au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone, en novembre 1992.

« Par cette adhésion, notre pays s’est engagé à éliminer ces substances consommées en Côte d’Ivoire. Il s’agit entre autres des substances généralement connues sous le nom de fréons commercialement parlant, et utilisés principalement dans le secteur de froid et de climatisation », a déclaré M. Assi.

Dans la dynamique d’adresser la question de préservation de la couche, un plan d’élimination en plusieurs projets dont le projet de Gestion et d’élimination des hydrochlorofluorocarbones (HCFC) a été élaboré et devrait permettre à la Côte d’Ivoire de respecter la date du 1er Janvier 2030, prévue pour l’élimination de 35% de la consommation des HCFC, a rappelé le ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Pour la tutelle, le bilan des actions menées par la Cote d’Ivoire jusqu’à ce jour dans la lutte pour la restauration de la couche d’ozone est une réussite. « Notre pays doit poursuivre son effort jusqu’à l’élimination totale prévue pour 2030 par le Protocole de Montréal. C’est là que cet atelier de formation aujourd’hui prend tout son sens », a-t-il déclaré.

Le coordonnateur national du projet Ozone Côte d’Ivoire, Pr N’Guessan N’Cho a expliqué que grâce aux engagements communs des Etats Parties au protocole de Montréal, les scientifiques et l’industrie, la couche d’Ozone est en voie de guérison et devrait revenir à ses valeurs d’avant 1980.

Les gaz utilisés dans les aérosols et les appareils de refroidissement, responsables du phénomène de l’appauvrissement de la couche d’ozone ont été éliminés à 98% et remplacés selon Pr N’Cho.

« Le trou dans la couche d’ozone a diminué d’une superficie équivalente à celle de l’Inde empêchant ainsi les dommages massifs à la santé humaine et à l’environnement en général », a-t-il indiqué.

La couche d’ozone est la partie de l’atmosphère dite stratosphère qui s’étend entre le 11ème et le 50ème kilomètre au-dessus de nos têtes. Dans les années 1970, les scientifiques ont observé un appauvrissement de celle-ci, dû à la consommation d’un certain nombre de gaz par les humains. Ce phénomène est à l’origine de plusieurs conséquences sur la santé, le réchauffement du climat et l’environnement en général.

(AIP)

gak/tm