Cet article a été publié le: 2/04/21 11:07 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Covid 19: L’OMS alerte sur la lenteur dans le déploiement des vaccins qui accroît la propagation de la pandémie

Abidjan, 02 avr 2021 (AIP)- L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avertit de ce que la lenteur observée dans le déploiement des vaccins en Europe accélère la propagation de la pandémie de Covid -19, jeudi 1er avril 2021, dans un communiqué publié sur le site d’information de l’Organisation.

La semaine dernière, la transmission de la Covid-19 a augmenté dans la majorité des pays de la Région européenne de l’OMS, avec 1,6 million de nouveaux cas et près de 24.000 décès, a précisé le communiqué.

Alors que les variants du coronavirus continuent de se propager dans la région et que la pression sur les hôpitaux augmente, l’organisation onusienne indique que l’accélération du déploiement de la vaccination contre la Covid-19 est crucial.

L’Europe reste la deuxième région au monde la plus touchée par la Covid-19, avec un nombre total de décès approchant rapidement le million et le nombre total de cas sur le point de dépasser 45 millions.

Dans toute la Région, 50 pays ou territoires ont signalé le variant préoccupant B.1.1.7, détecté initialement par le Royaume-Uni et maintenant le variant prédominant dans la Région. Ce variant étant plus transmissible et pouvant augmenter le risque d’hospitalisation, il a un impact de santé publique plus important et des actions supplémentaires sont nécessaires pour la maîtriser.

« Il y a cinq semaines à peine, le nombre hebdomadaire de nouveaux cas en Europe était tombé à moins d’un million, mais la situation de la Région est désormais plus préoccupante qu’elle ne l’a été depuis plusieurs mois. Il existe des risques associés à l’augmentation de la mobilité et des rassemblements pendant les fêtes religieuses. De nombreux pays sont en train d’introduire de nouvelles mesures qui sont nécessaires et chacun devrait les suivre autant qu’il le peut », a déclaré la directrice régionale des urgences du Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, Dre Dorit Nitzan.

Selon le directeur de régional de l’OMS pour l’Europe, Dr Hans Kluge, les vaccins représentent le meilleur moyen de sortir de cette pandémie. Non seulement ils fonctionnent, mais ils sont également très efficaces pour prévenir les infections, a-t-il expliqué, ajoutant qu’aussi longtemps que la couverture vaccinale restera faible, il faudra appliquer les mêmes mesures de santé publique et sociale que par le passé, pour compenser les retards.

A ce jour, seulement 10% de la population totale en Europe a reçu une dose de vaccin et 4% ont achevé leur vaccination.

Au total, 27 pays de la Région sont en confinement partiel ou complet à l’échelle nationale, avec 21 couvre-feux nocturnes. Au cours des deux dernières semaines, 23 pays ont intensifié les restrictions tandis que 13 ont assoupli les mesures, et neuf autres ont emboîté le pas.

Bien que les confinements doivent être évités par des interventions de santé publique ciblées et opportunes, ils doivent être utilisés lorsque la maladie dépasse la capacité des services de santé à prendre en charge les patients de manière adéquate et à accélérer la préparation des systèmes de santé publique locaux et nationaux, selon l’OMS.

Les tests étendus, l’isolement, la recherche des contacts, la quarantaine et le séquençage génétique sont les outils de santé publique de base qui doivent être utilisés et continuellement renforcés. La vaccination, associée à des mesures de santé publique et sociales continues, mettront finalement un terme à la pandémie. Pour que cela se produise, une intensification de la production de vaccins et de la vaccination est nécessaire, ainsi que le respect continu des mesures de santé publique et sociales.

(AIP)

eaa/fmo