Cet article a été publié le: 13/11/20 22:52 GMT

Côte d’Ivoire-AIP / Crise électorale: Le comité de coordination des actions humanitaires passe en revue ses activités d’assistance

Abidjan, 14 nov 2020 ( AIP)– Le Comité de coordination élargi (CCE) des actions humanitaires en faveur des populations a tenu vendredi  13 novembre une réunion présidée par la ministre de la Solidarité , de la Cohésion sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, Mariatou Koné afin de passer en revue les actions à mener pour porter assistance aux populations impactées par la crise électorale de la présidentielle d’octobre 2020.

Ce comité est composé d’agences spécialisées du système des Nations Unies notamment l’Unicef, le Programme alimentaire mondial ( PAM) le Haut commissariat des réfugiés ( HCR), l’ Organisation internationale de la migration( OIM), des organisations non gouvernementales( ONG) et de ministères techniques. Le CCE entend entreprendre un certain nombre d’ actions d’assistance en faveur des personnes déplacées, estimées à 5000 selon OIM, des enfants, des blessés et procédé à la distribution de vivres et d’abris.

“L’objectif est maintenant de faire en sorte que les  familles des personnes décédées puissent essuyer leurs larmes, que les blessés puissent être pris en charge convenablement, que les déplacés aussi bien à l’intérieur de la Côte d’ivoire qu’à l’extérieur puissent rentrer et que la paix revienne définitivement dans le pays”, a signifié la ministre.

Le coordonnateur du système des Nations Unies en Côte d’Ivoire, Philippe Poinsot a relevé qu’ un premier appui a été apporté aux populations par les agences de l’ONU grâce à des partenaires humanitaires et aussi avec le stock de ressources disponibles. “Nous avons convenu de mettre à jour ces besoins, de faire une liste exhaustive et de continuer de travailler avec le gouvernement pour venir en aide le plus rapidement possible aux familles qui sont concernées par cette crise”, a-t-il ajouté.

Au total 85 morts, près de 4000 blessés et des dégâts matériels ont été enregistrés dans les violences électorale depuis août, selon le gouvernement.

(AIP)

Tad/ask