Cet article a été publié le: 2/04/21 12:25 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ De nouvelles possibilités offertes aux personnes autistes dans le monde du travail (Communiqué)

Abidjan, 02 avr 2021 (AIP)- “L’inclusion sur le lieu de travail : Les défis et les perspectives d’un monde post-pandémie”, c’est le thème d’une sensibilisation mondiale à l’autisme lancée par l’Organisation des Nations Unies (ONU), vendredi 2 avril 2021, à l’occasion de la Journée mondiale à l’autisme, avec pour objectif de communiquer sur les possibilités nouvelles offertes aux personnes autistes pour leur épanouissement dans le monde du travail.

Dans le monde, l’on estime qu’un enfant sur 160 présente un trouble du spectre autistique. Dans le monde entier, les personnes atteintes de troubles du spectre autistique sont souvent victimes de stigmatisation, de discrimination et de violations des droits de l’homme et n’ont pas suffisamment accès aux services et aux aides dont elles ont besoin.

La pandémie COVID-19 a révélé et accentué les inégalités dans le monde, notamment les disparités en termes de revenus, de répartition des richesses, d’accès aux soins de santé, de protection législative et d’inclusion dans la vie politique. Les personnes atteintes d’autisme sont depuis longtemps confrontées à une série d’inégalités, qui ont été exacerbées par le contexte sanitaire. Leur situation sur le marché de l’emploi s’est encore aggravée.

Elle est la conséquence de pratiques d’embauche discriminatoires connues depuis longtemps et d’environnements de travail où les obstacles pour les personnes autistes sont de taille. Ces pratiques contribuent aux situations de chômage et de sous-emploi que connaissent la plupart des adultes autistes.

Les objectifs de développement durable (ODD), adoptés en 2015 par les Nations Unies, nous donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. L’Article 27 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées reconnaît aux personnes handicapées, sur la base de l’égalité avec les autres, « le droit au travail, notamment à la possibilité de gagner leur vie en accomplissant un travail librement choisi ou accepté sur un marché du travail et dans un milieu de travail ouverts, favorisant l’inclusion et accessibles aux personnes handicapées ».

Certains employeurs ont mis en place des programmes d’emploi inclusifs, qui accueillent les personnes concernées par un diagnostic d’autisme ou par d’autres troubles connexes, tels que les troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ou les troubles obsessionnels compulsifs (TOC). Ces personnes sont souvent considérées comme des personnes dites « neurodivergentes ». Sur la base de l’expérience acquise grâce à ces programmes, un nombre croissant d’entreprises mettent désormais en place des modèles de bonnes pratiques afin de rendre le lieu de travail et les pratiques d’embauche plus inclusives, d’être socialement responsables et de pouvoir bénéficier d’un vivier de talents plus diversifié.

La pandémie a eu des conséquences réelles sur la mise en place de ces nouveaux modèles. Dans le même temps, des nouvelles méthodes de travail, notamment le travail à distance et l’utilisation des technologies, offrent de nouvelles possibilités pour les personnes autistes qui pouvaient avoir des difficultés à s’épanouir dans des environnements de travail traditionnels.

La Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme 2021 abordera ces différentes questions dans le cadre d’un événement qui sera mis en ligne, jeudi 8 avril 2021.

Cet événement est organisé par le Département de la communication globale et le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, en collaboration avec la Fondation Specialisterne, qui défend l’emploi des personnes autistes ou dites « neurodivergentes ».

Telle qu’elle a été présentée lors de la célébration de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme par l’ONU en 2015, la mission de la Fondation Specialisterne est de tirer parti des connaissances acquises grâce à l’emploi de personnes autistes, afin de soutenir la création d’emplois significatifs et épanouissants pour un million de personnes et atteindre l’égalité des chances pour tous sur le marché du travail.

(AIP)

eaa/cmas