Cet article a été publié le: 1/04/21 14:55 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Démarrage des activités de transfert de la technologie d’étuvage amélioré du riz  « GEM » à Odienné

Odienné, 1er avr 2021 (AIP)- Les activités de formation des opératrices du secteur à l’usage des outils améliorés GEM et à l’acquisition des bonnes pratiques d’étuvage du riz ont démarré à Odienné, après l’installation du matériel de travail qui accompagne.

Une première vague de 35 sur un échantillon de 105 étuveuses, ciblées dans la localité,  a entamé, depuis lundi, pour une durée d’une semaine,  l’apprentissage sous la conduite d’un expert du Centre du riz pour l’Afrique (Afrca rice), structure promotrice de la technologie. La centaine de premiers apprenants devant constituer des pairs éducateurs pour l’ensemble des opératrices du secteur, dans la zone.

La finalité est de conférer aux étuveuses de riz d’Odienné les compétences à même de leur permettre de créer de la valeur ajoutée. Avec du riz étuvé de meilleure qualité et, par ailleurs, en grande quantité, qui ne sera plus destiné, exclusivement, qu’à la consommation domestique, mais dont la commercialisation pourra constituer une source viable de revenus.

Ces femmes d’Odienné, avec une soixantaine de leurs homologues de la ville de Daloa, bénéficient du projet «transfert de technologie d’étuvage amélioré GEM et de compétence aux femmes transformatrices de riz en Côte d’Ivoire », conduit par le Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles (FIRCA), en collaboration, pour la mise en œuvre, avec le Centre national de recherche agronomique (CNRA).

Procédé de décorticage du riz paddy, après traitement à la vapeur, l’étuvage est une vielle pratique dans les zones rizicoles en Afrique. Des femmes, exclusivement, s’y adonnent, pour les besoins en riz de la famille. Le riz étuvé est celui communément appelé « Malo Oussou » en Côte d’Ivoire.

Les techniques traditionnelles de production, faisant intervenir des moyens rudimentaires, font à ce jour du riz étuvé un produit de mauvaise qualité, peu côté et réputé être destiné à des ménages à faible revenu.  Alors qu’il est scientifiquement prouvé que l’étuvage améliore la qualité nutritionnelle (vitamines hydrosolubles et minéraux) du riz car permettant le transfert de certains éléments nutritionnels de l’enveloppe vers la graine.

Un riz bon pour la santé, recommandé pour les personnes d’un certain âge et spécialement pour celles souffrant de diabète. Un potentiel important de consommateurs aujourd’hui tournés cependant vers les produits d’importation vendus dans de grandes surfaces.

Le projet de transfert de la technologie amélioré d’étuvage GEM vient ainsi aider les transformatrices traditionnelles de riz, suivant le procédé, en Côte d’Ivoire à relever le défi de la qualité. Dans le cadre des initiatives de promotion de la production locale. Et d’aide à l’autonomisation de la femme également.

Avant Odienné et Daloa, les villes d’Abidjan, de Bouaké et de Gagnoa ont accueilli la technologie. Le gouvernement avec le soutien du Fonds international de développement agricole (FIDA) va également financer l’installation de 20 autres systèmes du même type dans des zones Nord et Centre du pays, dans le cadre du Programme d’appui au développement des filières agricoles « PADFA », a informé l’expert de Afrca rice, le technologue alimentaire, Sali Atanga Ndindeng.

(AIP)

kg/ask