Cet article a été publié le: 16/08/21 16:30 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Des acteurs sanitaires du Bafing formés à la riposte aux épidémies

Touba, 16 août 2021(AIP)- Une cinquantaine d’acteurs issus de la santé humaine, animale et environnementale de la région du Bafing, ont bénéficié d’une formation à la riposte aux épidémies.

Cette formation initiée par le gouvernement et financée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’autres partenaires comme IRC, UNICEF, USAID, ACONDA, s’est déroulée à la mairie de Touba, du 09 au 13 août 2021. Elle a enregistré la participation d’agents des ministères de la Santé et de l’Hygiène publique, des Ressources animales et halieutiques, de l’Environnement et du Développement durable et de l’Intérieur et de la Sécurité.

« La région du Bafing partage une frontière avec la Guinée Conakry qui a vécu une épidémie d’Ebola. C’est donc un prétexte suffisant pour nous, OMS et tous les autres partenaires, avec le gouvernement ivoirien, de mettre en place une équipe multisectorielle pour contrer d’éventuels événements sanitaires à venir car le Bafing est une région frontière de risque sanitaire », a affirmé le conseiller national pour la prévention et le contrôle des maladies à l’OMS, Dr Ané Ambroise, indiquant que la formation s’est résumée en des exercices de simulation appelé SIMEX.

Celui-ci a précisé que l’objectif est de mettre les acteurs de la sécurité sanitaire en action, en situation pour voir leur capacité à réagir si un événement de santé publique survient. Les exercices sur table en salle, basés sur la discussion, adoptée comme méthode de formation, ont été faits à partir de scénarios au cours desquels les acteurs sont mis en situation.

« Dans l’équipe, chacun joue un rôle dont la réaction est appréciée et corrigée par tous »,  a expliqué un formateur

Les acteurs formés ont été répartis en commissions, chacune ayant une fonction précise à jouer dans le système de sécurité sanitaire. Il a été mis en place une équipe d’intervention rapide sanitaire, formée au port et au retrait de l’Equipement de protection individuelle (EPI) afin de permettre l’accès aux zones d’isolement de patients, cas possibles ou cas confirmés d’Ebola.

« Nous avons beaucoup appris et sommes prêts à toute éventualité sanitaire. Mais, au sein de chaque commission, les exercices se poursuivront pour nous aguerrir »,  a fait savoir l’agent de santé au Centre hospitalier régional (CHR) de Touba, Dao Daouda.

Il est prévu l’installation d’un Centre des opérations d’urgences de santé publique (COUSP) à Touba par l’IRC.

(AIP)

dm/ako/fmo