Cet article a été publié le: 23/03/21 14:35 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Des acteurs s’imprègnent de la politique semencière nationale

Abidjan, 23 mars 2021 (AIP)-  Des acteurs du secteur semencier  participent mardi 23 mars 2021 à Abidjan à un atelier de réflexion sur la politique semencière nationale afin de s’imprégner de ce document  et contribuer à sa mise en œuvre effective.

Cet atelier initié par le ministère de l’Agriculture  et du Développement rural,  en partenariat avec  AfricaSeeds, vise à promouvoir cette politique semencière nationale élaborée en 2009 et actualisée en 2014, auprès des acteurs pour le développement du secteur.

Selon le directeur  général de la production et de la sécurité alimentaire du ministère en charge de l’Agriculture, Koffi Adjoumani, au regard de la production de semence estimée qu’à 10% des besoins en Côte d’Ivoire, et face au retard accusé par le pays comparativement aux autres Etats  africains,  les acteurs doivent réfléchir aux orientations stratégiques de la filière semencière afin de  positionner la Côte d’Ivoire comme leader en matière de semence.

Pour le directeur de Cabinet du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, Coulibaly Siaka, aux cours de cette séance de réflexion, il s’agira pour les acteurs du secteur de faire l’état des lieux de l’existant en matière de semence, de définir les actions pour capitaliser les acquis et les consolider, d’identifier les améliorations à apporter, de dépister les différents axes de la stratégie nationale semencière.

Les  participants aux travaux devront aussi établir un chronogramme, un cadre d’exécution pour la mise en œuvre de la politique nationale, et concevoir un mécanisme de suivi-évaluation  avec la création d’organes dédiés.

L’objectif d’une politique semencière est d’améliorer la qualité, la diversité et la sécurité de l’approvisionnement en semence des producteurs du pays. Elle entend aussi faire la promotion de la sécurité alimentaire et nationale, œuvrer pour la protection de l’environnement et vise, en outre, la création d’emplois, a expliqué le directeur exécutif d’Africa Seeds, Dr Kouamé  Miézan.

(AIP)

tad/fmo