Cet article a été publié le: 15/09/20 8:08 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Des chantiers écoles pour professionnaliser le secteur de la petite mine

Divo, 15 sept 2020 (AIP) – Au moins 10 chantiers écoles vont être construits dans la plupart des zones minières du pays pour professionnaliser le secteur de la petite mine dans le cadre d’un vaste projet du ministère des Mines et de la Géologie, a indiqué, lundi 14 septembre 2020, à Nébo, Le directeur général de la société pour le développement minier de la Côte d’Ivoire (SODEMI), Kadjo Kouamé.

M. Kouamé a livré l’information à l’occasion de l’ouverture officielle à Nébo, dans le département de Divo, du chantier école de la petite mine de cette localité. Celui-ci constitue ainsi le 8ème du genre, en attendant l’ouverture de deux autres avant fin septembre 2020, à savoir ceux de Dabakala et de Bloléquin.

Encadrés et formés durant quatre mois par les spécialistes de la SODEMI, ces futurs artisans miniers reçoivent chaque mois, dans ces chantiers écoles, une formation en alternance, notamment une phase théorique en classe pendant une semaine et une phase pratique durant trois semaines sur le chantier, avec le matériel nécessaire.

Des impétrants en formation pratique sur le site de Nébo

Ils sont formés en législation minière en matière d’exploitation minière artisanale et des petites mines, l’organisation des chantiers miniers à petite échelle, les techniques de prospection minière, d’exploitation et de traitement, l’hygiène, la sécurité et l’environnement, la gestion d’une exploitation minière à petite échelle. Dans ce secteur dominé par la clandestinité, ce projet vise la formation de 1000 artisans miniers par an.

Grâce à la qualité de l’enseignement dispensé, note-t-on, 44 jeunes ivoiriens, issus de la première promotion des chantiers écoles de Bozi à Bouaflé, de Katiendé à Boundiali, ont trouvé un emploi décent au terme de leur formation. En plus, 150 autres artisans miniers sont en cours de formation dans les chantiers écoles de Bozi (2ème promotion), Katiendé (2ème promotion), Loboville à Buyo, Nangbokro à Daoukro, Abradine II à Yakassé Attobrou, Tanguelan à Agnibilékro, Booré-Apkokro à Dimbokro.

L’objectif final, souligne-t-on, est de susciter l’esprit d’entreprenariat chez les jeunes formés dans ce secteur. Des autorisations légales d’exploitations pourront ainsi leur être attribuées et leur permettre de travailler en toute sécurité, selon les normes en vigueur.

(AIP)

jmk/ask