Cet article a été publié le: 1/10/21 14:40 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Des chefs coutumiers avouent leur implication dans l’orpaillage clandestin à Sassandra

Sassandra, 1er oct 2021 (AIP)-Lors d’une rencontre initiée par le préfet de la région du Gboklè, préfet du département de Sassandra, Lamine Coulibaly, des chefs coutumiers ont avoué publiquement leur implication dans l’orpaillage clandestin en cours dans la région en bordure du fleuve Sassandra.

M. Coulibaly a initié cette rencontre avec les notabilités, les chefs de terre et les jeunesses des villages concernés par le phénomène, mardi 27 septembre 2021, en présence du ministre-gouverneur du district autonome du Bas Sassandra, Legré Philippe, en vue de situer les responsabilités des garants des us et coutumes, suite aux accusations dont ils sont l’objet à travers les réseaux sociaux.

Les chefs ont affirmé avoir reçu de la part de ces exploitants illégaux de l’or, des sommes allant de deux à sept millions FCFA et des promesses de construction d’écoles et de centres de santé dans leurs villages.

Face à la grogne des jeunes qui réclament leur destitution immédiate pour leur implication dans l’installation des orpailleurs clandestins, ils se justifient, indiquant avoir été manipulés et induits en erreur.

Le préfet de la région du Gboklè et le ministre-gouverneur du district autonome du Bas Sassandra ont fustigé leur comportement. Ils leur ont expliqué la gravité de leur acte et les implications judiciaires, avant de leur recommander de tout mettre en œuvre pour obtenir l’évacuation pacifique de leurs hôtes, en entendant des mesures répressives.

L’orpaillage clandestin constitue un danger pour l’environnement et l’homme à travers notamment, la pollution des eaux de surface et même de la nappe phréatique, la destruction de la flore et de la faune due à l’utilisation des produits hautement toxiques que sont le mercure et le cyanure. Le phénomène rime aussi avec l’insécurité, la drogue et la prostitution favorisées par l’appât du gain facile.
(AIP)
iv/nbf/fmo