Cet article a été publié le: 1/10/20 8:57 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Des experts font le bilan du schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO à Abidjan

Abidjan, 1er oct 2020 (AIP)-Des experts issus de l’administration, des organisations patronales et des entreprises privées agréées ont, au cours d’une réunion mercredi 30 septembre 2020, fait le bilan du comité national d’agrément au Schéma de libéralisation des échanges (SLE) de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

Cette rencontre a permis de dresser le tableau des entreprises et produits agréés en 2020 et proposer les solutions pour la levée des obstacles.

En effet, ayant fait le constat que le commerce inter-Etats participe au développement économique et bénéficie aux populations, les dirigeants des pays de l’Afrique de l’ouest, en créant la CEDEAO ont privilégié la libre circulation des marchandises.

C’est dans cette optique que l’article 3 d’un traité révisé de la CEDEAO indique clairement que l’un des objectifs majeurs est la libéralisation du commerce intra-communautaire par l’élimination totale des barrières tarifaires et non tarifaires aux échanges des produits originaires des Etats membres.

Au nom du ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, le directeur de cabinet Sylla Khalilou a souligné que pour la mise œuvre de cet objectif, les instances de la CEDEAO, en collaboration avec les experts des Etats, ont élaboré le schéma de libéralisation des échanges (SLE).

C’est cet instrument qui assure la libre circulation des marchandises par le non-paiement des droits de douane et sans restriction quantitative. Entamé en 1979, le SLE a été amélioré avec l’adoption en 2002 et 2003 d’un certain nombre de textes qui le réorganise.

Sur la base des nouvelles dispositions, chaque Etat de la CEDEAO est tenu de mettre en place une structure, chargée principalement de procéder à l’étude des dossiers de demande d’agrément et faire des recommandation au ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur relativement à l’octroi ou non des agréments sollicités.

En Côte d’Ivoire, depuis cette date et jusqu’en 2017, les activités du comité se limitaient essentiellement à l’étude des dossiers de demande d’agrément. En 2018, les membres ont décidé d’organiser chaque année des réunions bilan et de concertation avec l’ensemble des acteurs.

A cet effet, M. Sylla a souhaité que cette rencontre puisse conduire à la promotion des échanges commerciaux dans l’espace ouest africain.

(AIP)

bsp/fmo