Cet article a été publié le: 6/09/21 7:36 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Des leaders communautaires de l’Iffou sensibilisés à la culture de la paix

Daoukro, 05 sept 2021 (AIP)- Les acteurs du Programme national de la cohésion sociale (PNCS) ont sensibilisé les leaders communautaires, les leaders de jeunesse et de femmes, les responsables d’associations et les autorités religieuses de l’Iffou à la culture de la paix, du vivre ensemble, lors d’un atelier tenu, vendredi 3 septembre 2021, en présence du corps préfectoral, des autorités politiques et administratives à Daoukro

Le représentant du ministre de la Réconciliation et de la Cohésion nationale, Pr Amoa Hubert a salué la conception et l’organisation de cet atelier qui a également formé les participants sur la mise en place des activités génératrices de revenu (AGR) communautaires. Il a souligné l’engagement du ministre Kouadio Konan Bertin de contribuer à la mise en œuvre de la vision de la réconciliation du chef de l’Etat qui consiste en la transformation, dans une synergie, des conflits en projets de développement et des velléités en germes de non-violence.

La nouvelle pratique de la réparation des préjudicies consistera à mettre à disposition un fonds de création de richesse qui pourrait tenir compte de trois clés à savoir, l’éthique, un esprit de création de richesse et d’équité, a-t-il ajouté. Il a souligné la mise en place des projets collectifs qui peuvent donner lieu à la création de villages écoles ou des centres d’incubation à promouvoir des actions pour faire éclore en la culture de paix.

Le directeur général du programme national de la cohésion sociale, Amon Kouassi Axel, a indiqué que ce programme a été créé le 15 février 2012 dans l’objectif de ressouder le tissu social, cultiver le vivre-ensemble. Il s’agit également de trouver des solutions pour une paix durable et surtout par le financement des activités génératrices de revenus pour renforcer la résilience économique des populations de Daoukro, a-t-il dit.

Ont pris part à cette manifestation le préfet de région Aka Sonoh Julie et le député de Daoukro-N’gattakro Olivier Akoto

(AIP)

ca/ik/fmo