Cet article a été publié le: 24/09/21 20:27 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Des médiations aboutissent à la décrispation dans la crise à la mine d’Agbaou

Divo, 24 sept 2021 (AIP) – Dans le conflit qui oppose depuis une semaine 500 travailleurs à leur employeur, la société BCM, en contrat de sous-traitance depuis 2013 sur la mine d’or d’Agbaou (Hiré), des médiations de la société titulaire du permis d’exploitation, Agbaou Gold Operations (AGO), et celle du préfet de région, Kouakou Assoman, ont permis de trouver quelques solutions qui ont permis d’aller à la décrispation et à la reprise progressive du travail, ce vendredi 24 septembre 2021.

Depuis le samedi 18 septembre 2021, les travailleurs de BCM sont entrés « en grève illégale » contre leur employeur,  au terme de son contrat de sous-traitance avec la société AGO, membre du groupe Allied Gold. Ils exigeaient des mesures d’accompagnement, suite à leur licenciement collectif par leur employeur BCM, pour motifs économiques, liés au non renouvellement du contrat de sous-traitance.

Dans un communiqué parvenu vendredi 24 septembre 2021 à l’AIP, le Président directeur général (PDG) d’Agbaou Gold Operations, Jean-Claude Diplo, explique que, « bien que n’étant pas partie prenante au conflit, la Direction de AGO a facilité plusieurs rencontres entre BCM et ses employés en présence de l’Inspection du travail les 18 et 20 septembre 2021, puis avec le préfet de Divo le 22 septembre 2021 ».

En outre, poursuit M. Diplo, la société AGO a accepté, « à titre exceptionnel, et sur ses propres ressources d’accorder, en lieu et place de BCM, un mois de salaire aux travailleurs licenciés, en guise de mesures d’accompagnement ».

Le contrat de BCM est arrivé à expiration en avril 2021, et le titulaire du permis AGO a procédé à un appel d’offre ouvert au terme duquel la société SFTP a été retenue. Les deux parties ont été régulièrement notifiées et un calendrier de transition a été convenu avec BCM, sous-traitant sortant, et la SFTP, sous-traitant entrant, en août 2021. Le contrat de BCM a été reconduit par courtes périodes successives pour la durée de la transition, a-t-on expliqué.

A la demande de AGO, la société SFTP Mining, remplaçante de BCM, s’est engagée à conserver la majorité des employés en recrutant prioritairement au sein de l’effectif à licencier de BCM, soit plus de 400 emplois à préserver. Les représentants du personnel et les représentants des communautés environnantes ont été informés de cette initiative de préservation des emplois.

Le 2ème secrétaire général adjoint du Syndicat des travailleurs de BCM (SYTRA-BCM), Gréou Gnanzoua Frontanel, joint ce même vendredi par l’AIP, a expliqué que les travailleurs ont marqué leur reconnaissance aux actions de médiation du préfet de région et de la société titulaire, AGO.

« Grâce à leurs actions, nous avons pu obtenir au moins un mois de salaire comme mesures d’accompagnement. Nous leur disons merci, même si nous attendions davantage. Nous travaillons à la reprise totale des activités  », a souligné M. Gréou.

(AIP)

jmk/fmo