Cet article a été publié le: 15/06/22 14:59 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Des motos-taxis tricycles accusés de perturber la circulation à Tabou

Tabou, 15 juin 2022 (AIP)-Les engins à trois roues assurant le service de transport de personnes et marchandises, communément appelées motos-taxis, créent des perturbations de la circulation et causent des dégâts dans la ville de Tabou, suscitant des récriminations des populations.

Des habitants ont déploré, dans des entretiens avec l’AIP, mardi 14 juin 2022 à Tabou, la mauvaise conduite de ces conducteurs de motos-taxis à trois roues. Ils ont envahi la ville depuis quelques temps, roulent sans permis de conduire, ne respectent pas le code de la route et circulent dans tous les sens, provoquant des embouteillages, des accidents parfois mortels et des dégâts matériels.

Parmi les chauffeurs, l’on retrouve de nombreux élèves. La plupart des propriétaires de ces engins à trois roues sont des travailleurs salariés dont des fonctionnaires et agents de l’Etat.

Leur mauvaise conduite suscite des inquiétudes au sein des populations en l’occurrence des parents d’élèves dont les enfants empruntent chaque jour la voie principale pour se rendre dans les différents établissements primaires et secondaires. Ils apprécient les dos d’âne posés en certains endroits dans la ville, mais demandent des mesures plus corsées.

«Je souhaite que les autorités locales règlent ce problème de tricycles pour la sécurité de tous», plaide Diomandé S. planteur résidant à Tabou.

La ville de Tabou compte à ce jour des centaines de tricycles pour moins de 20 taxis classiques. Avec un tarif de 200FCFA, ces motos-taxis ont le quasi-monopole du transport en commun. Les taxis classiques ont abandonné la ville pour desservir les villages, pour des tarifs allant 1.000 FCFA à plus de 20.000 FCFA, en fonction des distances.

(AIP)

bb/nbf/fmo