Cet article a été publié le: 27/11/20 18:43 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Des populations de San-Pedro demandent à Ouattara d’être le levier de la réconciliation

San-Pedro, 27 nov 2020 (AIP)-Interrogés sur leurs attentes du nouveau quinquennat du président Alassane Ouattara, jeudi 26 novembre 2020, à San-Pedro, des habitants de la ville portuaire ont invité le Chef de l’Etat ivoire à être le levier de la réconciliation et le garant de la cohésion sociale, comme il l’a indiqué dans sa promesse de campagne qui prône une Côte d’Ivoire prospère et réconciliée.

 

Le secrétaire de l’organisation de la société civile de San-Pedro, Nomel Firmin, estime que pour une  réconciliation totale et une paix durable en Côte d’Ivoire, le Chef de l’Etat doit utiliser tous les outils possibles pour amener les fils et les filles du pays à s’entendre, faire en sorte qu’il n’y ait plus d’ivoiriens exilés, discuter avec les acteurs politiques de l’opposition afin qu’ils puissent s’accorder sur les points de discorde relatifs à la Commission Electorale Indépendante (CEI).

 

Il pense que cela contribuera à apaiser le climat social pour un bon déroulement des élections législatives, municipales et régionales à venir.

 

«Pour la réconciliation et la cohésion sociale, le président a encore beaucoup à faire.», a fait savoir, la présidente de la section du groupement de l’Organisation des Femmes Actives de Côte d’Ivoire (OFACI), par ailleurs, président de la plateforme des victimes des crises ivoiriennes du Bassandra,  Koné Salimata épouse Guédé.

 

Les victimes des crises du Bassandra non encore indemnisées, le chômage des jeunes diplômés qui sortent des universités et des grandes écoles, sont pour elle des préoccupations majeures qui menacent la réconciliation et la cohésion sociale. Car, selon elle, l’oisiveté expose la jeunesse à tout vent d’idéologie politique et aux manipulations politiciennes et le fait de laisser pour compte certaines victimes pourrait être à longue la cause d’un autre problème.

 

Les interviewés attendent des avancées notables, au plan politique, avec des acteurs politiques qui collaborent de façon fraternelle et sincère et, au niveau socio-économique, le soutien des entreprises sinistrées et la  poursuite des efforts dans le domaine de l’éducation pour endiguer le phénomène de perturbation des années scolaires et universitaires qui fragilise la paix et la cohésion sociale.

 

L’élection présidentielle du 31 octobre 2020 qui s’est achevée par la réélection d’Alassane Ouattara s’est globalement bien déroulée dans la région de San-Pedro. Par contre, des  violences consécutives au mot d’ordre de boycott des partis de l’opposition ivoirienne ont fait 85 morts, de nombreux blessés et plusieurs dégâts matériels dans d’autres régions du pays.

(AIP

nbf/ask