Cet article a été publié le: 28/06/21 8:26 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Des travaux de voirie qui donnent fière allure à la ville de Divo (Reportage)

Divo, juin 2021 (AIP)– Peu de quartiers de la ville de Divo sont en marge des travaux d’ouverture, de réhabilitation, et de bitumage des voies, en cours depuis deux ans, dans le chef-lieu de région du Lôh-Djiboua. La ville de Divo se transforme ainsi chaque jour sous les yeux de ses habitants, reconnaissants au gouvernement pour ses efforts, qui permettent de désenclaver un nombre de plus en plus important de quartiers. Voici Divo en chantier grâce aux travaux de voirie.

Des chantiers ouverts dans tous les grands quartiers de la ville

Depuis l’entrée principale de la ville de Divo, en venant d’Abidjan, et de celle en arrivant de Gagnoa, l’on est alerté par la présence des gros engins de la société de travaux publics, PFO Africa, en charge des travaux. Si ce n’est pas la poussière, soulevée par ces machines en action et les véhicules en circulation, ce sont au moins les bruits des machines sur les chantiers qui témoignent de l’intensité des travaux en cours. Il y a également les déviations de voies qui font partie de ce décor. Les routes de ces deux entrées principales de la ville sont entrain d’être élargies pour être transformées en deux fois deux voies.

Des différents chantiers ouverts, il y a ceux qui sont des travaux de réhabilitation d’anciennes routes bitumées, telles que le tronçon de 900 m, allant du rond-point de la préfecture au supermarché CDCI, le tronçon long de 1,5 km, allant de la station Shell du quartier Bada, en passant par le quartier Libreville jusqu’au marché du quartier Konankro.

Réhabilitation du tronçon de route du supermarché CDCI au carrefour DR construction

Au total, les services techniques de la mairie ont recensé 6,5 km de voies que le gouvernement fait réhabiliter progressivement dans la ville, a indiqué le responsable technique de la mairie de Divo, Komenan Koffi.

Concernant les nouvelles routes en construction, il y a celle d’un tronçon long de 1,4 km, qui part du carrefour Belleville, passe par le virage de l’église CMA du quartier Vatican et débouche sur la voie bitumée, au niveau de la gare de transport de Hiré. Cette route en chantier est actuellement au stade de l’étalement du gravier.

La route en chantier traversant le quartier Vatican

L’autre grand chantier des nouvelles voies est celui qui part des bureaux de la Société de distribution des eaux de Côte d’Ivoire (SODECI), sis au quartier Plateau, en passant au niveau du collège Benoît pour arriver au carrefour de la voie bitumée, à côté de la radio Sud Bandaman. Ce chantier est distant de 2,3 km et se trouve au stade du terrassement. Le service technique de la mairie a répertorié au total 11 km de nouvelles voies bitumées à construire dans la ville, dont celle reliant le quartier Libanais au village communal de Briboré.

D’importants ouvrages sont associés à ces travaux. Il s’agit de passages des eaux avec la construction de grands dalots, aux endroits marécageux, notamment à l’entrée de la ville en venant d’Abidjan, sur l’axe des lycées modernes 1 et 2, à la gare routière, et à la descente de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), sur la route nationale 2 qui traverse la ville.

Avant le démarrage de ces travaux de 2020, le gouvernement avait réalisé le bitumage de 7,7 km de routes à travers certains quartiers de la ville de Divo, de 2018 à 2019. Il s’agit notamment de la route allant du carrefour ANADER à l’ancien marché du quartier Grémian, et qui débouche sur la voie en face du Trésor public.

De 2018 à 2019, ont également été bitumées 3,4 km de voies allant du carrefour de la Direction régionale de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation (DENA), situé au quartier Plateau, en passant par celle de l’Hôtel Amahoyé, jusqu’au carrefour du quartier Boudoukou, pour continuer au carrefour à côté de la radio Sud Bandaman. Ce chantier débouche sur la voie bitumée conduisant à la gare de transport de Hiré. Toutes ces voies de 2018-2019, qui ont pris également en compte les quartiers Dioulabougou et Dialogue, ont bénéficié de l’installation de 36 feux tricolores à leurs principaux carrefours. Une grande première pour cette ville d’avoir autant de feux tricolores, appelés à augmenter en nombre, à la fin des nouvelles voies en cours de construction.

Impacts des travaux de la voirie sur la ville de Divo

Tous ces travaux à travers les quartiers, même les plus reculés, ont donné plus d’aération dans la ville, à travers des voies plus dégagées et illuminées la nuit par des lampadaires, avec une circulation plus fluide, en dépit de la présence de dos-d’âne sur certains axes routiers.

Des quartiers autrefois difficiles d’accès comme Dialogue, Vatican, Benoît, Gremian, ou Route de Guitry, connaissent aujourd’hui une embellie.

Des bâtiments sortent chaque jour de terre, permettant à la ville de s’étendre un peu plus chaque année, notamment du côté de la Route de Guitry, Gremian, Vatican, et Benoît. Des commerces ouvrent de plus en plus le long de ces voies bitumées ou en construction.

La sous-préfecture centrale de Divo qui vient d’être complètement réhabilitée, va également bénéficier d’un accès plus facile, car les voies l’entourant sont également en chantiers, au soulagement des usagers et des riverains. Le mauvais état des routes et l’absence de lampadaires rendaient ce lieu difficile à fréquenter, surtout à la tombée de la nuit.

Au centre-ville, la mairie s’active à dégager toutes les occupations anarchiques des emprises du domaine public.

Les populations satisfaites témoignent

Les populations, dans leur ensemble sont heureuses de voir la ville de Divo en chantier, surtout au niveau de la voirie, l’un de ses points faibles, décrié dans un passé récent.

« Depuis un certain temps nous voyons les travaux d’extension des voies menant de Divo à Lakota et de Divo à Abidjan, ainsi que des travaux dans la ville. Ces travaux agrandissent la voirie et vont aider à faciliter la circulation. Nous en sommes fiers et plusieurs quartiers de Divo sont aujourd’hui transformés comme au Dialogue. Merci au gouvernement », a déclaré un habitant de la ville, Dembélé Abdoulaye.

Dans les quartiers Vatican, Benoît, et Dialogue, les habitants sont unanimes pour reconnaître un profond changement dans leur vie, grâce au bitumage des voies. Faute de voies praticables, les taxis urbains refusaient de rentrer des ces quartiers, obligeant les populations à parcourir de grandes distances à pied avant d’avoir des taxis pour aller faire leurs courses ou se rendre soit à l’école, soit au marché. Le retour était autant pénible.

Une vendeuse de produits vivriers en bordure de voies, au quartier Benoît, où elle réside, dame Djibéhi Rose pousse un véritable ouf de soulagement. « Nous avons beaucoup souffert avant. On ne pouvait pas avoir de taxis pour rentrer ici et nous rendons grâce à Dieu, ces temps-ci les voies sont entrain d’être ouvertes. C’est une grande joie et un grand privilège pour nous », explique Djibéhi Rose qui attend impatiemment la fin des travaux.

Un vendeur de téléphones portables et d’accessoires électroniques, en bordure de la route nationale 2, au niveau du quartier Gremian, Marius Djokohi Brice, est reconnaissant au gouvernement. « Je remercie le gouvernement parce que, grâce à ces travaux, mon magasin a plus de visibilité, et la circulation est plus facile », souligne-t-il.

Certains riverains des voies en construction, bien qu’heureux de voir leur quartier désenclavé, déplorent par endroits l’absence de caniveau qui vient poser des problèmes d’inondations, quand il pleut. C’est le cas sur certains tronçons des quartiers Vatican et Benoît. Ils espèrent que des correctifs seront vite apportés, car ils ont interpellé les ingénieurs des chantiers sur ces situations.

Le seul regret aujourd’hui pour Dame Kouiboy Emma, habitante du quartier Gremian, non loin du camp de l’Escadron 6 de gendarmerie, c’est l’absence de son époux décédé. « C’est le mauvais état de la route qui a fait de moi une veuve aujourd’hui, avec quatre enfants sur les bras. En effet, le 22 mai 2016, mon mari a fait une chute mortelle de moto dans un trou sur la route, devant le camp CRS (aujourd’hui Escadron 6 de gendarmerie). Je suis heureuse pour ces travaux et je regrette que mon mari n’ait pas pu voir cela, car c’était notre souhait », a expliqué veuve Kouiboy, âgée d’une quarantaine d’années.

Elle prie la résolution des problèmes d’eau, à savoir le déficit en adduction d’eau potable. Ce problème étant également en voie de solution, elle espère avoir les moyens pour avoir l’eau de la SODECI chez elle, où faute de moyen, le puits reste encore, pour elle et ses enfants, la seule source d’eau.

(AIP)

Un reportage de Jean-Marie KOFFI, du Bureau régional du Lôh-Djiboua

ask