Cet article a été publié le: 21/10/20 21:54 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Dialogue politique: Le gouvernement accède à la demande de restructuration de la CEI formulée par l’opposition

Abidjan, 21 oct 2020 (AIP) –  Le gouvernement a accédé, mercredi 21 octobre 2020, à la demande formulée par les candidats à la présidentielle du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié et du Front Populaire Ivorien (FPI), Pascal Affi N’Guessan,  de restructuration de la Commission électorale indépendante (CEI), selon le communiqué rendu public à l’issue du dialogue politique entre les acteurs politiques, à la Primature.

En l’absence des représentants du FPI, du PDCI et de EDS, la rencontre a permis aux participants de s’accorder sur la présence d’une cinquième personnalité à la Commission centrale de la CEI au titre de l’opposition, d’un poste de vice-président pour le PDCI-RDA et de la recomposition des CEI locales.

Concernant la rencontre entre le Président de la République, Alassane Ouattara et le président du PDCI, Henri Konan Bédié, ” voulue par la mission de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et favorablement accueillie par le président Bédié”, lors de la mission de suivi de cette instance, le gouvernement a indiqué la disponibilité du Chef de l’Etat ivoirien.

Par conséquent, le gouvernement “appelle l’opposition à lever sans délai son mot d’ordre de désobéissance civile en s’inscrivant définitivement dans la voie du dialogue et œuvrer pour un dénouement apaisé de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020″.

Les participants ont déploré les violentes manifestations enregistrées ces dernières semaines avec des pertes en vies humaines, des blessures graves et des dégâts matériels dont l’incendie de la résidence de M. Affi N’Guessan à Bongouanou”, indique le communiqué.

A cet égard, le gouvernement tient à indiquer que des investigations sont en cours en vue de rechercher et interpeller ceux qui commettent ces actes ainsi que ceux qui les incitent à les commettre pour leur faire subir la rigueur des lois pénales, ajoute le communiqué.

Une série de rencontres, les 14 ,15 et 17 octobre 2020 entre les parties prenantes avaient enregistré l’absence des partis politiques, ayant lancé un mot d’ordre de désobéissance civile, depuis le 20 septembre 2020, précise le communiqué.

Au titre de CEDEAO, le commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité à titre d’observateur, le Général Francis Béhanzin a pris part à cette séance de travail présidée par le Premier ministre, Hamed Bakayoko.

La délégation de la Ligue des mouvements pour le progrès (LMP) conduite par son président Kabran Appia également participé à cette rencontre.

(AIP)

nmfa/cmas