Cet article a été publié le: 7/12/21 14:36 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Election à la MUGEFCI : Le MASSIP appelle à soutenir la candidate Laurence Kamara

Abidjan, 07 déc 2021 (AIP)- Le secrétaire général du Mouvement des agents pour un système de santé ivoirien performant (MASSIP), Koulai Mangni Valentin, a lancé un appel, mardi 07 décembre 2021, à l’ensemble des personnels de santé, infirmiers, sages-femmes et médecins, à porter leur voix sur la candidate Laurence Kamara, lors du scrutin prévu pour le samedi 11 décembre qui désignera le successeur de Mesmin Comoé à la présidence de la Mutuelle générale des agents et fonctionnaires ivoiriens.

« La Coalition des syndicats de la santé se félicite de la candidature d’une des nôtres et invite l’ensemble des agents de santé comme un seul homme à soutenir notre Joker à tous, nouveau porte-flambeau des agents de santé à la MUGEFCI pour le bonheur de tous et la santé de chacun », a affirmé Koulai Valentin, en soutien à la première candidature féminine et d’un agent de santé, le poste ayant été occupé depuis toujours par des enseignants.

Les principes d’innovation et de durabilité prônés par la candidate Laurence Kamara se déclinent en la promotion des valeurs mutualistes, l’amélioration de l’accessibilité aux prestations, la dynamisation de l’accès à l’information, l’accroissement des ressources, le renforcement des capacités économiques, la création de structures ciblées à caractère socio-économique, l’optimisation de la prévention et la poursuite du processus de certification à la démarche qualité.

Le Secrétaire général du MASSIP a rappelé à cette occasion la question de l’apurement des primes dites Covid-19 dont plusieurs agents de santé ont été lésés et le classement des agents à leur grade auquel ils ont droit après leur formation pour bénéficier des avantages qui leur sont effectivement dus.

Une loi de 2019 portant réforme hospitalière fait des Centres hospitaliers universitaires, régionaux et hôpitaux généraux, des établissements publics hospitaliers ouvrant à une gestion administrative et financière plus autonome dans un souci de qualité de l’offre de soins.

Pour les agents de santé, l’application de cette loi reste « perplexe et confuse », selon Koulai Mangni Valentin.

(AIP)

aaa/ask