Cet article a été publié le: 7/01/22 16:30 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Faute de logements-maîtres, les enseignants de Koflandé résident à Bouna située à 26 km du village

Bouna, 07 jan 2022 (AIP)-Faute de logements-maitres à Koflandé, des instituteurs en service à l’école primaire publique de cette localité sont contraints de résider à Bouna, ville située à 26 km et de parcourir cette distance en aller et retour à moto, pour assurer les cours, a indiqué à l’AIP le président du Comité de gestion (COGES) de l’école, Dah Norbert.
Le directeur de l’école réside dans le seul logement que compte l’établissement. Les autres enseignants à la recherche d’un logement commode dans le village, n’ont pu trouver gain de cause. De Bouna, ces derniers prennent la route chaque matin et arrivent à école très souvent avec quelques retards. A midi, ils retournent à Bouna et reviennent tout fatigués dans l’après-midi.
Selon M. Dah, avec un tel rythme, ces enseignants risquent de ne pas pouvoir offrir un meilleur rendement. Ce qui peut impacter les résultats scolaires des élèves qui sont pour la plupart des enfants du village.
Il a reconnu la responsabilité de la communauté villageoise qui doit mettre à la disposition de ces enseignants des logements. Toutefois, il a évoqué des problèmes de financement pour la matérialisation de ce projet.
Il plaide donc auprès des bonnes volontés pour un appui financier afin de bâtir des logements adéquats aux enseignants, pour une meilleure performance et de meilleurs résultats scolaires en fin d’année. Dah Norbert a lancé cet appel au cours d’un entretien avec l’AIP, jeudi 06 janvier 2022, dans ce village situé sur l’axe Bouna-Bondoukou.
Dans de nombreuses localités de la région du Bounkani, des instituteurs dorment dans des salles de classes entre les rangées de tables-bancs. Une image dégradante qui a amené le préfet de région Joseph Kpan Droh à mettre les communautés villageoises face à leur responsabilité afin de garantir un bon séjour des enseignants pour le développement de leurs localités.
De nombreuses localités se sont exécutées en garantissant de meilleures conditions d’hébergement des enseignants, mais d’autres localités, encore à la traîne, enregistrent de jour en jour des départs massifs des enseignants vers d’autres horizons, pénalisant gravement leurs enfants.
(AIP)
on/fmo