Cet article a été publié le: 26/04/21 9:57 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Filière palmier à huile : L’AIPH sensibilise les producteurs de Soubré

Soubré, 26  avr (AIP)- Le président du conseil d’administration de l’Association interprofessionnelle de la filière palmier à huile (AIPH), Kouassi  Constantin a conduit une mission, vendredi 23 avril à Okrouyo, dans le département de Soubré une mission d’information et de sensibilisation des acteurs de la filière palmier à huile en vue de la réforme de la filière.

Pour M. Kouassi, il s’agit pour l’AIPH de se rendre sur le terrain pour recueillir les difficultés et informer les différents acteurs sur les problèmes d’actualité et poursuivre leur sensibilisation pour la mise en œuvre de la réforme dans la filière, ainsi que la nécessité d’améliorer l’environnement concurrentiel.

Les acteurs ont été informés sur le mécanisme du blocage des prix dans la filière qui selon l’Etat vise à réaliser des bénéfices au profit des acteurs en cas de baisse du prix.

« Il a été demandé à l’Etat qu’il faut que la production soit tracée et que les crédits soient individuels », a-t-il expliqué, indiquant que l’Etat a mis en place le conseil Hévéa Palmier en vue de contrôler et réguler la filière et que les arrêtés régissant son fonctionnement sont attendus les jours prochains.

Sensibilisation filière palmier à huile à Okrouyo

Il a invité les acteurs à une meilleure organisation et au respect des règles de fonctionnement pour permettre un meilleur accompagnement de l’Etat, non sans encourager la création d’usine de première transformation que sont les huileries afin d’éviter la fuite des productions d’une région à une autre.

L’AIPH relève un désordre, car les comités de gestion départementaux des activités en plantation ne fonctionnent pas normalement. L’association encourage les usines à verser les fonds retenus sur les productions pour l’entretien des pistes d’accès aux plantations.

Les producteurs ont égrainé les difficultés liées à l’application du prix sur le terrain notamment la présence de personnes intermédiaires qui ne respectent pas les prix fixés par la filière. Ils ont donc souhaité une meilleure organisation de la filière et la formation des acteurs.

Cette mission a également vu la participation l’association professionnelle des sociétés agricoles de palmiers de Côte d’Ivoire (APROSAPCI) et de la fédération nationale des coopératives et unions de coopératives de planteurs de palmiers à huile (FENACOPAH-CI).

(AIP)

km/ask