Cet article a été publié le: 15/09/21 8:49 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Fonds Emploi Jeunes : La COOPEC sensibilise les jeunes au remboursement des prêts à Danané

Danané, 15 sept 2021 (AIP)- La Coopérative d’épargne et de crédits de Côte d’Ivoire (COOPEC) de Danané, en partenariat avec la direction départementale en charge de la Promotion de la Jeunesse de ladite localité, a exhorté les jeunes déjà bénéficiaires de prêts à bien vouloir songer au remboursement afin de permettre à d’autres demandeurs de pouvoir bénéficier eux aussi desdits prêts.

“C’est le non remboursement des prêts de AGIR 2, qui font retarder la mise en place des fonds de AGIR 3”, a relevé un responsable en charge des prêts à la COOPEC, Séka Hugues, samedi 11 septembre 2021, lors d’une séance de travail avec le Conseil national des jeunes (CNJ) de la localité, à la préfecture de Danané. Aussi a-t-il demandé avec insistance que les jeunes qui se retrouveraient dans ces cas, s’exécutent ‘’afin que les nouveaux demandeurs puissent être satisfaits’’.

L’opération “Agir pour les jeunes” est un dispositif de prêts qui est fait par la COOPEC aux jeunes sur la base d’un fonds de garantie du gouvernement auprès de certaines structures bancaires.

Dans le cadre de ce programme, 10 milliards de francs CFA ont été distribués à plusieurs jeunes. Une somme prêtée par la COOPEC à l’Etat de Côte d’ivoire. Malheureusement, seulement 4,5 milliards de francs CFA ont été remboursés par les bénéficiaires. Ce qui est une perte énorme pour la COOPEC.

Le ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’insertion professionnelle et du Service civique, Touré Mamadou, s’est d’ailleurs insurgé contre cet état de fait et, a invité ”les jeunes à changer de mentalités”, lors de la rencontre d’échanges entre des membres du gouvernement et les jeunes issus des divers bords politiques, mercredi 11 août 2021 au Palais de la culture de Treichville.

“Je conçois mal que des gens puissent prendre les ressources de l’Etat et ne veulent pas les rembourser. Certains changent le nom de leur structure. Nous avons commis des huissiers. On sera obligé de saisir leurs biens, de bloquer leurs activités et de les donner à d’autres jeunes”, avait-il prévenu.

(AIP)

eb/ebd/fmo