Cet article a été publié le: 29/09/20 12:54 GMT

Côte d’Ivoire-AIP / Grève à Ecobanck Côte d’Ivoire : la direction de la banque invite personnel à poursuivre les négociations

Abidjan,  29 sept 2020 (AIP)- La direction générale d’Ecobank Côte d’Ivoire appelle son personnel, qui observait un mouvement de grève le lundi 28 septembre 2020, à la poursuite des négociations et à la reprise des activités.

Cet appel à été lancé par le directeur juridique de Ecobank Côte d’Ivoire,  Me Akpesse Martial,  à la suite d’un arrêt de travail des agents de cette entreprise, pour dénoncer une série de mesures d’austérité de leur direction pour faire face aux effets du coronavirus.

Il s’agit, entre autreS, du gel des augmentations de salaire sur l’année 2020, la suppression du 14ème mois de salaire, la réduction à 50% de la dotation du personnel en carburant, la réduction de 50% de la dotation en téléphone et la réduction de 50% des primes de responsabilité.

” En dépit du caractère illégal de la grève,  la direction générale est disposée à rencontrer le personnel et le syndicat pour trouver des mesures pour pouvoir tenir la crise et pérenniser les emplois”, indiqué Me Akpesse Martial, lors d’un entretien avec des journalistes.

Selon lui, les mesures annoncées étaient au nombre de dix.

“Mais du mois de mai jusqu’à aujourd’hui,  la direction générale de Ecobank Côte d’Ivoire,  à renoncer à plus de la moitié de ces mesures. Et aujourd’hui, les seules mesures sur lesquelles elle est disposée à faire des allègements,  c’est le 14ème mois qui ne sera pas supprimé mais qui fera l’objet d’aménagement”, a-t-il dit.

Pour lui, l’idée initiale était de supprimer le 14ème mois mais à l’issue des échanges, la direction générale d’Ecobank Côte d’Ivoire à décidé de garantir le paiement de ce 14ème mois à hauteur de 75% et d’indexer les 25% à l’atteinte d’un coefficient appelé coefficient d’exploitation de banque, qui constitue le rapport du niveau des revenus et les charges de la banque pour produire plus de revenus et pour améliorer le coefficient d’exploitation qui dans les standards doit être en dessous de 50%.

Il précise que ces mesures pour lesquelles le personnel de Ecobank Côte d’Ivoire manifeste,  ont été décidées au niveau du groupe Ecobank et que certaines filiales de ce groupe en ont été déjà impactées.

Il revenait, selon lui, à chaque filiale du groupe Ecobank de “trouver la meilleure formule”, notant que “ces mesures concernent tout le personnel à savoir du plus petit employé au directeur général de Ecobank Côte d’Ivoire”.

Il invite donc le personnel et le syndicat a revenir a la table de négociation.

De leur côté, des membres du syndicat des agents grévistes ont rejeté ces explications de la direction, estimant que l’entreprise se porte bien en Côte d’Ivoire et n’a pas besoin d’appliquer ces mesures, qui “violent (leur) droits acquis”.

(AIP)

sdaf/tm