Cet article a été publié le: 30/10/20 13:26 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Hamed Bakayoko échange avec les observateurs électoraux de l’UA et de la CEDEAO

Abidjan, 30 oct 2020 (AIP) – Le Premier ministre Hamed Bakayoko échange dans l’après midi, les observateurs électoraux de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de  la Mission d’observation électorale de l’Union Africaine (MOEUA), présents à Abidjan, dans le cadre de la tenue de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Cette audience s’inscrit dans le cadre des rencontres prévues à l’agenda de ces observateurs de la CEDEAO et de l’Union Africiane.  A cet égard, la MOEUA rencontrera toutes les parties prenantes du processus électoral, notamment les autorités politiques, administratives et judiciaires du pays, les institutions en charge des élections, les acteurs politiques notamment les candidats à l’élection présidentielle ainsi que les organisations de la société civile.

Fournir un rapport précis comprenant une évaluation impartiale de la présidentielle du 31 octobre 2020, y compris le niveau de conformité de celle-ci avec les normes nationales, régionales, continentales et internationales régissant les élections démocratiques est l’objectif de cette mission de l’Union Africaine.

En outre, elle compte formuler des recommandations pour l’amélioration des processus électoraux futurs dans le pays et ainsi démontrer la solidarité et le soutien de l’Union africaine au processus électoral pour la consolidation de la gouvernance démocratique, de la paix et de la stabilité dans le pays.

La MOEUA est déployée conformément aux dispositions pertinentes de la déclaration de l’OUA/UA sur les principes régissant les élections démocratiques en Afrique, aux directives de l’Union africaine pour les missions d’observation et de suivi des élections en Afrique adoptées en 2002 par cette institution régionale.

Ce déploiement est également conforme à l’aspiration n°3 de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, qui vise à assurer une Afrique où règne la bonne gouvernance, la démocratie, les droits de l’homme, la justice et l’État de droit. Ces instruments définissent les critères qui déterminent la nature et la portée de l’observation et le suivi des élections en Afrique, indique un communiqué  de l’UA.

(AIP)

nmfa/fmo