Cet article a été publié le: 26/05/22 9:23 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Inter/ Célébration de la journée mondiale de l’Afrique : les africains invités à ne pas reléguer au second plan les défis du continent

Abidjan, 26 mai 2022 (AIP)- Le président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat a invité mercredi 25 mai 2022, les africains à ne pas reléguer au second plan les défis actuels dont fait face leur continent.

“Chers africains, c’est à cet exercice de réflexion que je voudrais vous inviter en cette journée mémorable, ou les activités festives , bien entendu, ne doivent pas reléguer au second plan nos préoccupations  essentielles”, a-t-il indiqué, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’Afrique.

Selon lui, depuis une dizaine d’années, l ‘Afrique est confrontée aux défis du terrorisme, de l’extrémisme violent et de la criminalité transnationale (trafic d’êtres humains, trafic de drogue, trafic d’armes).

Le terrorisme en particulier ne cesse de gagner du terrain, privant ainsi des secteurs vitaux comme la santé et l’éducation des ressources dont ils ont besoin, ainsi qu’aux désastres générés par la mauvaise gouvernance, et des phénomènes tels que la corruption, les conflits intercommunautaires, les récentes vagues de changements anticonstitutionnels, le chômage massif des jeunes et la précarité persistante des femmes du Continent, auxquels se sont ajoutés la Covid-19 et la guerre en Ukraine.

Face à ces nombreux défis, “l‘Union Africaine a réagi rationnellement à travers une série d’actions et une abondante production normative déclinée en Décisions, Conventions et Stratégies, déterminant les mécanismes d’action pour atteindre les objectifs recherchés, en citant quelques initiatives telles que la courageuse Réforme institutionnelle de l’Union africaine entreprise depuis 2016 et dont l’objectif est d’améliorer la gouvernance de l’Institution et d’en faire un acteur incontournable du multilatéralisme, l’entrée en vigueur en 2021 de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), faisant de l’Afrique le plus grand marché commun du monde et accélérant l’intégration continentale et la détermination et la solidarité clairement démontrée face à l’apparition de la pandémie de COVID-19″, a-t-il fait savoir.

Il a souligné que “les résultats n’ont pas toujours été à la hauteur de nos  ambitions des pays africains. “Mais nous sommes sur la bonne voie. ( …) pour l’Afrique que nous voulons”, a-t-il précisé.

Il a donc exhorté ses compatriotes africains, en cette journée, a ne pas uniquement regarder le côté  festif mais a voir en ladite journée une occasion de s’exercer à réfléchir en identifiant et en pointant  sans complaisance, “les maux qui minent nos actions et entravent la mise en œuvre effective de nos Décisions, Traités, Conventions et Stratégies afin de leur apporter le traitement approprié”, a-t-il conclu.

La journée du 25 mai est célébrée en hommage au 25 mai 1963 qui est la date de création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA). Elle a remplacé une première organisation qui a été mise en place par les pays de ce qu’on appelait le groupe de Casablanca. Ce dernier avait choisi la date du 15 avril 1958, qui était la date de la première conférence des États africains indépendants.

Mais la date du 25 mai s’est imposée à partir du moment de la création de l’OUA.

( AIP)

sdaf/tm