Cet article a été publié le: 7/01/22 14:45 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ COVID-19: moins sévère et plus contagieux, le variant Omicron n’est pour autant pas bénin (OMS)

Abidjan, 07 jan 2022 (AIP) – Moins sévère et plus contagieux, le variant Omicron n’est pour autant pas bénin, fait observer l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans un communiqué publié jeudi 6 janvier 2022.

« Bien qu’Omicron semble moins grave que Delta, en particulier chez les personnes vaccinées, cela ne signifie pas qu’il faille qualifier ce variant de bénin », a déclaré lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Genève, le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Tout comme les variants précédents, Omicron conduit également à « des hospitalisations et tue des gens ».

« En fait, le tsunami de cas est tellement énorme et rapide, qu’il submerge les systèmes de santé du monde entier », a détaillé Dr Tedros, ajoutant que les hôpitaux deviennent surpeuplés et manquent de personnel.

Plus largement, il estime que les variants Alpha, Beta, Delta, Gamma et Omicron reflètent en partie des faibles taux de vaccination. « Nous avons créé les conditions parfaites pour l’émergence de variants », a-t-il dit, relevant que « l’inégalité en matière de vaccins et de santé en général ont été les plus grands échecs de l’année dernière ».

Car si certains pays ont eu suffisamment d’équipements de protection individuelle, de tests et de vaccins à stocker tout au long de cette pandémie, de nombreux pays, notamment en développement, n’en ont pas assez pour répondre aux besoins de base ou à des objectifs modestes, dont aucun pays riche ne se serait satisfait. Malgré ce sombre tableau d’iniquité, l’OMS espère qu’il est encore possible d’« inverser la tendance ».

« À court terme, nous pouvons mettre un terme à la phase aiguë de cette pandémie tout en nous préparant dès maintenant à celles qui suivront », a affirmé le chef de l’OMS. L’aube d’une nouvelle année offre ainsi l’occasion de renouveler une réponse collective à une menace commune.

L’Agence sanitaire mondiale de l’ONU espère que les dirigeants mondiaux qui ont fait preuve d’une telle détermination pour protéger leurs propres populations étendront cette détermination pour s’assurer que le monde entier est sûr et protégé.

« Et cette pandémie ne s’arrêtera pas tant que nous ne l’aurons pas fait ! », a mis en garde Dr Tedros, rappelant la résolution du Nouvel An consistant à soutenir la campagne visant à vacciner 70% des personnes dans chaque pays d’ici le milieu de l’année 2022. « Et en plus de cela, faire en sorte que des traitements révolutionnaires, ainsi que des tests fiables, soient disponibles dans tous les pays ».

Plus de 293,7 millions de cas ont été recensés depuis la découverte du virus, en décembre 2019. La pandémie de Covid-19 a fait au moins 5,4 millions de morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un décompte établi jeudi par l’OMS.

Au 5 janvier 2022, plus de 9 milliards de doses de vaccin ont été administrées dans le monde dont la majorité dans les pays riches.
(AIP)
cmas