Cet article a été publié le: 18/09/21 11:07 GMT

Côte d’Ivoire-AIP-Inter/ Décès, à 84 ans, de l’ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika

Abidjan, 18 sept 2021 (AIP) – L’ex-président algérien, Abdelaziz Bouteflika, est décédé, vendredi 17 septembre 2021, des suites d’une longue maladie, a annoncé la présidence de la République.

Elu pour la première fois en 1999, Abdelaziz Bouteflika avait été réélu quatre fois avant son éviction, en 2019 par un mouvement de contestation populaire, le « Hirak » soutenu par l’armée alors qu’il briguait un cinquième mandat.

Victime en 2013 d’un Accident vasculaire cérébral, son état de santé s’est progressivement dégradé et aggravé.

Né le 2 mars 1937 à Oujda au Maroc, il s’est engagé contre la présence coloniale française au moment de la guerre d’Algérie. Lorsque la grève des étudiants est décidée par le Front de libération nationale (FLN), fer de lance de la lutte pour l’indépendance algérienne, en mai 1956, il rejoint les rangs de l’Armée de libération nationale (ALN). Très vite, il est affecté au secrétariat de l’état-major général de l’armée des frontières.

Il travaille ensuite au sein de l’état-major du colonel Houari Boumediene, dont il devient l’homme lige.

A l’indépendance en 1962, il est nommé, à 25 ans, ministre des Sports et du Tourisme, avant d’hériter un an plus tard du portefeuille des Affaires étrangères, qu’il conserve jusqu’en 1979. En 1965, il soutient le coup d’Etat de Houari Boumédiène, alors ministre de la Défense, qui renverse le président Ahmed Ben Bella. S

Pressenti comme le dauphin de Boumédiène, qui décède en 1978, il est écarté de la succession par l’armée, puis de la scène politique sur fond d’accusations de malversations. Il s’exile à Dubaï et à Genève.

La même armée soutient son retour sur la scène politique et sa victoire de la présidentielle de 1999 après le retrait de ses adversaires qui dénonçaient des fraudes.

(AIP)

aaa/kam