Cet article a été publié le: 27/11/20 13:15 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Inter/ Des candidats du scrutin électoral couplé réagissent suite à la réélection du président Christian Kaboré

Abidjan,  27 nov 2020 (AIP)-Des candidats ou leurs représentants  du scrutin électoral couplé ont réagi jeudi 26 novembre 2020 suite à la réélection du président Marc Christian Kaboré, rapporte l’Agence d’informations du Burkina Faso ( AIB).

Le président du parti au pouvoir, Simon Compaoré, a déclaré que le président réélu, Roch Marc Christian Kaboré, sera «le président de tous les Burkinabè, les perdants comme les gagnants».

«Notre candidat, qui vient d’être élu provisoirement, va devenir après le dernier mot qui revient au Conseil constitutionnel, le président de tous les Burkinabè, les perdants comme les gagnants», a déclaré jeudi Simon Compaoré, peu de temps après l’annonce de la réélection de son candidat Roch Marc Christian Kaboré, avec 57,87%.

La seule femme candidate Yeli Monique Kam, qui a obtenu 0,53% des voix,  dit prendre acte des résultats proclamés. Selon elle, sa «participation a été positive» parce que, bien qu’elle «était présumée perdante en tant que femme», son «message sur l’éducation a été entendu».

«Les populations se sont mobilisées à mes côtés. Des jeunes m’ont soutenue, des sages m’ont encouragée. J’ai eu un score, cela veut dire que des burkinabè m’ont fait confiance», a-t-elle affirmé.

Quant au porte-parole du candidat Segui Ambroise Farama (arrivé, 10e  avec 0,90%), Cyprien Nanema, a félicité «le candidat élu Kaboré (et remercié) le peuple burkinabè qui, malgré les difficultés que traversent le pays, s’est présenté pour choisir leur candidat».

Il a regretté que le peuple burkinabè n’ait pas opté pour «le candidat du changement et de la rupture (Segui Ambroise Farama)» mais a plutôt «reconduit le régime qui a endetté le pays» et qui, de son avis, va continuer à le faire les cinq prochaines années.

«Notre candidat promettait d’augmenter la part du Burkina Faso dans les mines  de 10% à 51%. Ce qui nous aurait permis de nous développer et de ne plus nous endetter. Ce n’est que partie remise car nous serons de nouveau candidat en 2025, si Dieu nous donne longue vie», a-t-il affirmé.

Plusieurs organisations, qui ont participé à l’observation des élections dont la Coalition des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL), ont salué «les citoyens burkinabè qui se sont mobilisés malgré le contexte très difficile marqué par le terrorisme et le COVID-19, pour aller accomplir leur devoir citoyen».

«Nous souhaitons que les acteurs politiques se parlent et discutent afin de consolider notre démocratie et le Burkina Faso, sur cette voie, ira au développement», a-t-il indiqué.

Le scrutin électoral couplé au Burkina Faso,  qui a opposé 13 candidats a vu la victoire du président Marc Christian Kaboré pour un second mandat.

(AIP)

sdaf/fmo