Cet article a été publié le: 16/03/22 12:06 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ En Afghanistan, un bond de neuf millions de personnes souffrant de faim aiguë en huit mois (ONU)

Abidjan, 16 mars 2022 (AIP) – Le nombre des personnes victimes d’insécurité alimentaire aiguë a bondi de neuf millions en huit mois en Afghanistan, ont alerté mardi 15 mars 2022, les Nations Unies.

Le bond, de 14 millions de personnes souffrant de faim aiguë en juillet 2021 à 23 millions en mars 2022, a été relevé par la Mission de l’ONU dans ce pays, rapporte ONU Info.

Il s’agit d’une « augmentation rapide du nombre de personnes souffrant de faim aiguë », a déclaré dans un communiqué le Représentant spécial adjoint de l’ONU et coordonnateur humanitaire en Afghanistan, Dr Ramiz Alakbarov, relevant que « la population afghane est aujourd’hui confrontée à une crise d’insécurité alimentaire et de malnutrition d’une ampleur sans précédent ».

Cette hausse de personnes souffrant de faim aiguë a contraint les ménages à prendre des « mesures désespérées », telles que sauter des repas ou s’endetter comme jamais auparavant, pour s’assurer qu’il y ait un peu de nourriture sur la table à la fin de la journée.

« Ces compromis inacceptables ont causé des souffrances indicibles, réduit la qualité, la quantité et la diversité de la nourriture disponible, entraîné des niveaux élevés de gaspillage chez les enfants et eu d’autres effets néfastes sur le bien-être physique et mental des femmes, des hommes et des enfants », a ajouté le Dr Alakbarov.

Selon l’ONU, près de 95% de la population ne mange pas assez, et ce pourcentage atteint presque 100 % pour les ménages dirigés par des femmes. « C’est un chiffre si élevé qu’il est presque inconcevable. Pourtant, c’est la dure réalité », a alerté le responsable humanitaire de l’ONU en Afghanistan. « Avec une augmentation des prix des denrées alimentaires et des carburants, nous ne pouvons ignorer la réalité à laquelle sont confrontées les communautés », a-t-il dit.

Alors que l’Afghanistan continue de se débattre avec les effets d’une terrible sécheresse, les agences humanitaires redoutent l’impact de la perspective d’une autre mauvaise récolte cette année. La sécheresse et la une crise économique « si grave » a déjà laissé plus de 80% de la population endettée.

Sur le terrain, le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) se sont inquiétés de la situation des enfants en Afghanistan, annonçant que les taux de malnutrition aiguë sont élevés dans 28 des 34 provinces du pays. Plus de 3,5 millions d’enfants ont besoin d’un traitement nutritionnel.

« Les services hospitaliers sont remplis d’enfants souffrant de malnutrition : plus petits qu’ils ne devraient l’être, beaucoup pèsent à un an ce qu’un nourrisson de six mois pèserait dans un pays développé, et certains sont si faibles qu’ils sont incapables de bouger », a détaillé le Coordinateur humanitaire de l’ONU en Afghanistan.

“La famine est déclarée lorsque la malnutrition est généralisée, et que les gens commencent à mourir de faim faute d’accès à une nourriture suffisante et nutritive. L’inégalité est un facteur critique, rendant une alimentation de base hors de portée pour des millions de personnes à faibles revenus”, précise ONU Info.
(AIP)
cmas