Cet article a été publié le: 23/06/21 16:43 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ Éthiopie : une frappe aérienne fait une quarantaine de morts sur un marché au Tigré

Abidjan, 23 juin 2021 (AIP)- Une frappe aérienne a tué plus de quarante personnes et fait de nombreux blessés, mardi 22 juin 2021, sur un marché de la ville de Togoga, dans la région éthiopienne du Tigré, en proie aux combats depuis novembre dernier, rapportent des médias internationaux.

“Il y avait beaucoup de blessés et de morts, on marchait sur eux et dans leur sang”, a déclaré Birhan Gebrehiwet, dont la maison située près de ce marché de la localité de Togoga, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale régionale Mekele, a été “totalement détruite” dans l’explosion.

Le bilan précis était encore inconnu mercredi, l’accès à la zone étant bloqué par des soldats, d’après des témoins, médecins et ambulanciers.

L’armée éthiopienne mène depuis novembre une opération militaire dans cette région du nord du pays contre les forces des anciennes autorités régionales.

Six blessés, dont trois enfants âgés de deux, trois et six ans, ont pu atteindre l’hôpital de Mekele, a indiqué un responsable des urgences sur place. Mais il y a 45 personnes blessées qui sont bloquées et sont en danger de mort.

Au sujet du blocage des ambulance, le porte-parole de l’armée éthiopienne, le colonel Getnet Adane, n’a ni confirmé ni démenti l’incident. Il a seulement déclaré que les frappes aériennes étaient une tactique militaire courante et que les forces ne ciblaient pas les civils.

En novembre, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé l’armée fédérale au Tigré pour arrêter et désarmer les dirigeants du Front de libération du peuple de Tigré (TPLF), parti à l’époque au pouvoir dans cette région. L’opération de “maintien de l’ordre” a été décidée après que les forces pro-TPLF ont attaqué des bases militaires, avait affirmé Abiy Ahmed.

Annoncée comme brève, cette opération militaire s’est transformée en un conflit de longue durée, marqué par de nombreux récits d’exactions sur les populations civiles.

Le 9 novembre 2020, le conflit au Tigré a déjà fait des centaines de morts, d’après des sources militaires éthiopiennes. Selon plusieurs sources, près de 500 membres des forces du Tigré ont été tués par l’armée éthiopienne.

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a demandé le 13 novembre 2020, une « enquête indépendante » sur les nombreux civils qui auraient été tués dans la région du Tigré en Éthiopie, évoquant de possibles « crimes de guerre ».

(AIP)

eaa/ask