Cet article a été publié le: 23/11/21 17:23 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ Georges Weah appelle ses homologues à s’attaquer aux racines des conflits dans la sous-région

Abidjan, 23 nov 2021 (AIP)- Le président libérien, George Manneh Weah, a appelé ses homologues de l’Union du Fleuve Mano à s’attaquer aux racines des conflits et de l’insécurité dans la sous-région pour trouver une solution durable à la paix, la sécurité, la stabilité et la démocratie dans la région, rapporte l’Agence libérienne de presse (LINA).

Il s’exprimait lundi 22 novembre 2021, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la Conférence diplomatique, de paix, de sécurité et de démocratie de l’Union du fleuve Mano (UFM), organisée par le gouvernement du Libéria en collaboration avec ladite union sur la situation politique en République de Guinée.

« Nous devons utiliser tous les mécanismes de gestion des conflits déjà développés par l’UFM et la CEDEAO pour faire face à la situation actuelle dans notre République sœur de Guinée, où, après le coup d’État du 5 septembre 2021, les autorités de transition galvanisent le soutien de la masses guinéennes pour préparer cet État membre à des élections démocratiques et à la reprise de l’ordre constitutionnel et de la démocratie », a proposé le dirigeant libérien.

Il a précisé que son pays a un intérêt naturel pour ce processus en raison de ses liens historiques, géographiques, culturels, et les relations socio-économiques avec le peuple de la République de Guinée.

Georges Weah a également exhorté tous les dirigeants de l’UFM à rester engagés dans la situation politique en Guinée pour une transition en douceur vers des élections démocratiques, la reprise de l’ordre constitutionnel et de la démocratie. Également d’attendre avec impatience les résultats positifs, pratiques et innovants de cette conférence pour aider à accélérer le processus de transition vers une gouvernance démocratique en Guinée.

Pour Weah, la fusion CEDEAO-UFM-UA soutenue par la Commission des Nations Unies pour la consolidation de la paix et le Fonds pour la consolidation de la paix, devrait être établie pour servir de médiateur dans les dispositions transitoires guinéennes actuellement en cours pour préparer la Guinée à des élections démocratiques et à la démocratie constitutionnelle.

(AIP)

sdaf/cmas