Cet article a été publié le: 24/06/21 14:20 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ La menace environnementale préoccupe les PME d’Afrique subsaharienne

Abidjan, 24 juin 2021 (AIP)- Près des deux tiers des petites et moyennes entreprises (PME) de l’Afrique subsaharienne s’inquiètent de la menace environnementale, a indiqué mercredi 23 juin 2021, le Centre du commerce international (ITC), un organisme conjoint de l’ONU et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Selon un rapport de l’ITC, 68% des entreprises d’Afrique subsaharienne déclarent que les risques environnementaux sont importants pour leur activité. Et d’une manière générale, les petites entreprises des pays en développement sont parmi les plus préoccupées par le changement climatique.

Cette nouvelle étude note aussi qu’environ la moitié des entreprises interrogées dans les pays développés sont du même avis. Elles affirment que la menace environnementale devrait affecter largement leurs affaires.

A noter que les PME sont responsables de la moitié des émissions de gaz à effet de serre. Près de 60% des entreprises africaines qui ont investi dans une meilleure approche écologique ont obtenu des produits de meilleure qualité, réduit leurs coûts et accédé à de nouveaux marchés. Elles étaient également mieux placées pour exploiter le potentiel croissant des financements verts.

Par ailleurs, le rapport s’est penché sur la résilience de ce secteur économique durant la pandémie. Selon les nouvelles données, les entreprises résilientes ont été cinq fois moins susceptibles de licencier des employés pendant la pandémie et d’avoir des ventes stables.

Dans le même temps, les petites et moyennes entreprises, qui représentent plus de la moitié de la main-d’œuvre mondiale, étaient 2,5 fois plus susceptibles de faire faillite que les grandes entreprises au cours des premiers mois de la pandémie de la Covid-19.

« La pandémie a montré que la résilience des entreprises compte », a déclaré la Directrice exécutive de l’ITC, Pamela Coke-Hamilton. « Elle a également mis à nu le fossé qui sépare les petites et les grandes entreprises en matière de résilience. Les pays développés ont les moyens financiers de soutenir leur économie et de protéger les plus vulnérables. Mais la plupart des pays développés et des pays les moins avancés sont incapables d’en faire autant ».

D’une manière générale, si une telle résilience des PME est nécessaire pendant la pandémie, Pamela Coke-Hamilton a ajouté « qu’elle sera encore plus cruciale pour faire face au changement climatique. Les perturbations économiques liées au changement climatique devraient être comparables à celles d’une pandémie de la taille du nouveau coronavirus survenant chaque décennie ».

Pour Pamela Coke-Hamilton, se mettre au vert est « un impératif de survie ». « Plus les entreprises tardent à agir, plus les coûts sont élevés », a-t-elle dit.

Afin d’aider les petites et moyennes entreprises à se reconstruire après la pandémie et à se préparer à la crise climatique tout en devenant plus compétitives, Mme Coke-Hamilton a soutenu qu’elles auront instamment besoin du soutien d’un réseau de partenaires privés et publics pour renforcer leurs moyens de résister aux chocs futurs.

En effet, si les petites entreprises peuvent contribuer à la relance verte, elles ne peuvent pas le faire seules. Les organisations d’aide aux entreprises, les gouvernements, les grandes entreprises et les organisations internationales doivent encourager ainsi la transition écologique. Et pour guider ce processus, le rapport de l’ITC propose un plan de relance vert en 20 points pour aider les petites entreprises à devenir plus compétitives, résilientes et plus vertes.

(AIP)

ask