Cet article a été publié le: 16/03/22 12:29 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ L’Algérie interdit des exportations en prévention de pénuries alimentaires liées la guerre en Ukraine

Abidjan, 16 mars 2022 (AIP)- L’Algérie a interdit certaines exportations, en raison des pénuries alimentaires qui pourraient venir en raison de la guerre en Ukraine, rapportent des médias internationaux.

Réuni dimanche 13 mars 2022, en Conseil des ministres, le Gouvernement algérien a interdit l’exportation de certains produits de consommation dont la matière première est importée. Le sucre, les pâtes, l’huile, la semoule et tous les dérivés du blé sont désormais interdits à l’exportation, précise le communiqué issu du Conseil des ministres.

Le ministre de la Justice va également élaborer un projet de loi pour pénaliser l’exportation de ces produits qui sera prochainement considéré comme « un acte de sabotage de l’économie nationale ».

Pour pallier les risques de rupture ou de baisse des importations en provenance d’Ukraine et de Russie, les autorités ont précisé vouloir encourager l’approvisionnement du « stock stratégique de l’État en blé dur et tendre » ainsi qu’en légumineuses. Les incitations pourraient prendre la forme de prêts ou d’engrais. L’importation de viandes congelées reste strictement interdite pour encourager la consommation de viandes locales.

Au début du mois, l’agence de presse algérienne citant le président Tebboune affirmait que « les quantités de blé importées par le pays ne représentaient que 20% des besoins nationaux pour une facture globale d’environ 1,3 milliard de dollars ». Toujours selon cette dernière, le président souhaiterait ainsi voir augmenter d’autant la production nationale.

Ces mesures sont prises dans un contexte de tension sur les marchés algériens de certains produits alimentaires ainsi que de la hausse importante des prix.

Selon l’agence de presse russe Interfax, l’exportation du blé, du seigle, de l’orge et du maïs pourrait être interdite jusqu’au 30 juin.

(AIP)

eaa/cmas