Cet article a été publié le: 15/04/21 16:01 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ Le COVID-19 n’a pas eu d’impact négatif sur la prestation des soins de santé au Ghana (Etude)

Abidjan, 15 avr 2021 (AIP)- Les résultats d’une évaluation rapide de l’impact du COVID-19 sur la prestation des services de santé dans certains établissements de santé au Ghana ont indiqué que la pandémie de coronavirus n’a pas eu d’impact négatif significatif sur le nombre d’accouchements effectués dans les hôpitaux, rapporte l’Agence de presse ghanéenne (GNA).

L’évaluation, effectuée dans 18 hôpitaux  de niveau intermédiaire et inférieur sélectionnés par l’Association chrétienne de la santé du Ghana (CHAG),  avec un financement de la Fondation STAR Ghana, et qui s’est concentrée sur les services de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile (RMNCH), a montré que les prestations de soins de santé étaient plus élevées au premier semestre 2020 par rapport à l’année précédente.

Selon les résultats, les femmes enceintes utilisaient encore les établissements de santé pour l’accouchement, même en présence de la pandémie COVID-19.

Selon le directeur exécutif adjoint de CHAG, Dr James Dua, cette évaluation visait à documenter et partager les leçons sur l’impact de pandémie sur le système de santé local, en particulier dans des communautés rurales où il y avait des lacunes dans la production de ressources.

Il a précisé que les résultats de l’évaluation ont toutefois fourni des éléments pour des réformes sur les impacts du COVID-19 au niveau du système de soins de santé du Ghana.

Dr Dua a indiqué que l’hygiène des mains, le port du  masque et la distanciation sociale ont eu un effet positif sur la réduction de certaines infections, notamment les maladies diarrhéiques et les infections des voies respiratoires y compris la réduction des flambées de Choléra. Pour lui, c’est ce qui a dû contribuer à  la réduction de nombre de personnes fréquentant les établissements sanitaires.

« Maintenant que nous savons comment réduire la diarrhée et les infections des voies respiratoires grâce à l’utilisation de masques faciaux et d’hygiène des mains, nous devons promouvoir l’utilisation du masque facial si nous voulons réduire la diarrhée et les maladies respiratoires, cependant, il est nécessaire de faire des recherches sur le effet du masque facial sur la productivité avant de l’institutionnaliser », a-t-il indiqué.

En plus de la réduction des maladies diarrhéiques et des infections des voies respiratoires y compris la réduction des flambées de Choléra, il a souligné que cette étude a montré que le nombre élevé de grossesse a été enregistré pendant la saison COVID-19 en raison du travail à domicile, du confinement, de la fermeture des écoles.

Il a donc recommandé qu’un investissement dans la planification familiale soit envisagé et que des recherches sur l’utilisation des plantes médicinales censées atténuer la propagation et l’impact de la COVID-19 soit menées ainsi que la recherche de l’efficacité de l’inhalation de la vapeur dans la prévention de COVID-19 ou le traitement du paludisme.

Il recommande également à faire attention au système d’élimination des déchets, à investir dans la production locale des (Equipements de protection individuelle (EPI).

Le Ghana a enregistré 91477 cas positifs avec  763 décès au 10 avril 2021.

(AIP)

sdaf/cmas