Cet article a été publié le: 7/10/21 20:06 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ Le HCDH va ouvrir un bureau au Burkina Faso

Abidjan, 07 oct 2021 (AIP) – Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) et le gouvernement du Burkina Faso ont conclu, mercredi 06 octobre 2021, un accord portant sur l’ouverture d’un bureau national pour aider à promouvoir et à protéger les droits de l’homme dans le pays, rapporte le site d’information des Nations unies (Onu.Info).

L’accord a été signé par la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, et le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine du Burkina Faso, Alpha Barry, lors d’une cérémonie au siège du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, a précisé le HCDH dans un communiqué de presse.

La création du bureau national vise à contribuer à la promotion et à la protection de tous les droits de l’homme, notamment dans le contexte d’une situation sécuritaire complexe dans la région du Sahel, et à faciliter la mise en œuvre des engagements du Burkina Faso en la matière.

« Je suis très heureuse de signer cet accord. Il s’agit d’une étape importante dans l’engagement du Burkina Faso envers les normes internationales en matière de droits de l’homme. Ce nouveau bureau nous permettra d’apporter un soutien renforcé et adapté au Burkina Faso pour l’aider à surmonter les nombreux défis auxquels il est confronté », a déclaré la Haut-Commissaire.

Sur la base d’une évaluation permanente, indépendante et impartiale de la situation des droits de l’homme dans le pays, le bureau national fournira une assistance technique, des conseils et un soutien au gouvernement, à la commission nationale des droits de l’homme, à la société civile et à d’autres partenaires pour l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies et programmes visant à favoriser et à faire respecter les normes et standards régionaux et internationaux en matière de droits de l’homme.

Cette action sera fondée sur une approche holistique intégrant les droits économiques, sociaux et culturels, ainsi que les droits civils et politiques.

Avec l’ouverture du bureau national à Ouagadougou, les cinq États membres du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) auront une présence permanente et solide des Nations unies dans le domaine des droits de l’homme, a précisé le HCDH.

(AIP)

sdaf/cmas