Cet article a été publié le: 6/07/22 10:20 GMT

Côte d’Ivoire- AIP/Inter/ Le PAM alerte sur l’aggravation de l’insécurité alimentaire en Centrafrique

Abidjan, 06 juil 2022 (AIP)- La République centrafricaine (RCA) connaît « des besoins humanitaires sans précédent et une détérioration de la sécurité alimentaire », a averti mardi 05 juillet 2022, le Programme alimentaire mondial (PAM).

Selon le PAM, 2,2 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë élevée entre avril et août 2022. Cette situation concerne aujourd’hui, la moitié de la population totale du pays, rapporte la dernière mise à jour de la classification intégrée des phases de sécurité alimentaire.

“La Centrafrique rejoint ainsi la liste des pays ayant la plus forte proportion de populations en situation d’insécurité alimentaire aiguë, comme le Yémen, le Soudan du Sud et l’Afghanistan”, a déclaré le porte-parole du PAM, Thomson Phiri, lors d’un point de presse de l’ONU à Genève.

Pour l’agence onusienne, l’insécurité alimentaire en RCA est due aux effets combinés du conflit armé interne prolongé et des déplacements de population. “Au-delà de ces chocs, il existe des facteurs structurels tels qu’une forte croissance démographique, une pauvreté généralisée, le sous-emploi et une détérioration de la base de ressources agro écologiques qui contribuent à une détérioration progressive des moyens de subsistance et de la sécurité alimentaire”, a ajouté Phiri.

A cet égard, le PAM s’attend à une augmentation de +70% pour l’huile végétale et de +30% pour le riz, une hausse de +67% de certaines céréales comme la farine de blé. Le PAM craint que la crise actuelle du carburant en RCA n’aggrave encore la situation de la sécurité alimentaire. Car, elle fait face à une pénurie de carburant depuis le 14 mars, ce qui affecte également la capacité de l’Organisation.

Les pénuries de carburant entraînent une augmentation des coûts de transport et des prix des produits de première nécessité et des aliments. Cette situation qui impacte négativement la capacité du PAM à assurer des livraisons adéquates, l’a contraint à mettre en œuvre un ensemble de mesures d’urgence, en privilégiant uniquement les distributions et les missions de secours.

Le PAM a, par conséquent, besoin urgemment de plus de 68 millions de dollars. “Sans financement immédiat, l’insécurité alimentaire et nutritionnelle ne fera qu’augmenter pour des millions de personnes”, a averti Phiri.

(AIP)

amr/eaa/cmas