Cet article a été publié le: 16/11/20 15:58 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/Libye : pas d’accord sur un nouveau gouvernement d’union à l’issue d’une semaine de pourparlers

Abidjan, 16 nov 2020 (AIP)- Les 75 délégués libyens réunis à Tunis sous l’égide de l’ONU n’ont pu trouver d’accord sur la constitution d’un nouveau gouvernement d’union chargé de superviser une période de transition devant mener à des élections en 2021, rapportent des médias internationaux.

A l’issue d’une semaine de pourparlers, les délégués libyens chargés de mettre sur pied un exécutif unifié ne sont pas parvenus à un accord sur les noms du chef de gouvernement et des trois membres d’un conseil présidentiel devant former un exécutif unifié, chargé de prendre le relais des institutions rivales.

Les pourparlers reprendront les discussions dans une semaine. « Nous avons convenu de nous retrouver dans une semaine pour une rencontre virtuelle afin qu’ils se mettent d’accord sur le mécanisme de sélection pour la future autorité », a déclaré à la presse l’émissaire par intérim de l’ONU pour la Libye, Stephanie Williams.

Toutefois, un accord a été trouvé sur des élections « nationales » le 24 décembre 2021, avait annoncé l’ONU, vendredi 13 novembre. « Nous avons atteint un consensus sur trois documents importants : la feuille de route (vers des élections), les prérogatives des autorités exécutives et les critères d’éligibilité » pour pouvoir y siéger, a estimé Mme Williams. « Dix ans de conflit ne se résolvent pas en une semaine, » a-t-elle fait valoir, tout en se disant « très satisfaite » des conclusions.

La Libye est en effet plongée dans les violences depuis le soulèvement appuyé par l’OTAN qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Depuis lors, deux groupes rivaux se disputent le pouvoir. A savoir : le gouvernement d’accord national (GAN), qui siège dans l’ouest à Tripoli et reconnu par l’ONU, et à l’est, un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, soutenu par une partie du Parlement élu et son président, Aguila Saleh.

(AIP)

eaa/ask