Cet article a été publié le: 12/04/21 20:05 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Inter/ l’ONU appelle à la fin des violences des groupes armés dans la région des grands lacs d’Afrique

Abidjan, 12 avr 2021 (AIP)-L’envoyé de l’ONU pour les Grands Lacs d’Afrique, Huang Xia, préoccupé par le niveau de violence qui continue d’affecter la sécurité des individus, en particulier celles des femmes et jeunes, et d’entraver le plein épanouissement des communautés, a appelé, lundi 12 avril 2021, devant le Conseil de sécurité de l’Onu,  à mettre fin aux violences perpétrées par les groupes armés et celles commises dans le cadre de processus électoraux qui touchent les pays de cette région.

« La violence que continue de perpétrer les groupes armés est consternante. Nous devons y mettre fin, non seulement à travers les mesures fortes en cours, mais également par le recours à la justice », a déclaré M. Xia, en saluant les divers verdicts exemplaires pris ces derniers mois contre les chefs de groupes armés tant par les tribunaux nationaux en République démocratique du Congo (RDC) que par la Cour pénale internationale (CPI).

Selon Huang Xia, la violence dans les Grands Lacs n’émane pas uniquement des groupes armés. « Certains pays de la région ont malheureusement connu des élections émaillées elles aussi de violence, et conduisant à la perte de vies humaines », a déploré l’Envoyé spécial.

Toutefois, il s’est par ailleurs félicité de voir que les dirigeants des pays des Grands Lacs ont maintenu leur engagement en faveur de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région.

Sur le plan politique et sécuritaire, le Président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, a poursuivi ses efforts à l’endroit de ses homologues des pays de la région, en particulier les Présidents rwandais Paul Kagame, ougandais Yoweri Museveni et burundais Evarise Ndayishimiye, pour tenter de trouver des solutions concertées et durables à la question des groupes armés qui continuent à causer le chaos dans l’est de la RDC.

L’Envoyé spécial a loué ces efforts et réitéré son engagement à soutenir les chefs d’Etat afin que la région puisse venir à bout de ce fléau, avec l’appui de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) et en collaboration étroite avec les autres institutions garantes de l’Accord-cadre que sont l’Union africaine, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et la Communauté des Etats de l’Afrique australe (SADC).

“Nous parviendrons à atteindre un tel objectif ambitieux si, au-delà des actions militaires en cours, nous travaillons également à la mise en place de dispositifs non-militaires dans le cadre d’une approche globale et coordonnée », a t-il souligné, rappelant ainsi une demande faite par les chefs d’Etat de la région lors de leur Sommet du 20 novembre 2020.

(AIP)

sdaf/fmo