Cet article a été publié le: 23/11/21 9:46 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ L’ONU veut utiliser les capacités technologiques et médicales pour améliorer le maintien de la paix

Abidjan, 23 nov 2021 (AIP) – Des ministres du monde entier se réuniront le 7 décembre 2021 à Séoul, en République de Corée, pour discuter du renforcement des capacités technologiques et médicales des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, ont annoncé lundi 22 novembre, des responsables de l’ONU lors d’une conférence de presse.

Cette conférence ministérielle des Nations Unies sur le maintien de la paix réunira plus de 700 personnes de 155 pays, dont des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, de hauts responsables d’organisations internationales, des universitaires et des journalistes, rapporte ONU Info.

S’adressant à des journalistes à New York, Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, a déclaré que les Casques bleus « sont confrontés à des défis de plus en plus redoutables ». « Ils ont besoin du soutien du Secrétariat et ils ont besoin du soutien de nos États membres et c’est vraiment ce que nous attendons de la réunion de Séoul », a-t-il expliqué.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies au soutien opérationnel, Atul Khare, a déclaré pour sa part que les environnements complexes dans lesquels les missions opèrent nécessitent des solutions créatives et agiles. « La technologie peut rendre nos missions et nos camps plus ‘intelligents’, plus intégrés, plus efficients, plus efficaces, plus sûrs et permettre une prestation de services et un soutien opérationnel tout en minimisant l’empreinte environnementale », a-t-il expliqué.

Dans ce domaine, la réunion ministérielle s’appuiera sur la Stratégie pour la transformation numérique des opérations de paix des Nations Unies.

La technologie peut également aider à fournir des soins médicaux opportuns et de qualité aux soldats de la paix. « Nous avons fait d’importants progrès pour combler les lacunes en matière de soutien médical dans les missions de maintien de la paix, mais il reste encore beaucoup à faire », a déclaré M. Khare.

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies à la stratégie de gestion, aux politiques et à la conformité, Catherine Pollard, a souligné les efforts visant à renforcer la responsabilisation des soldats de la paix.

Dans le contexte où l’ONU vit avec le risque d’exploitation et d’abus sexuels partout où elle opère, elle l’a décrit comme « l’un des problèmes de reddition des comptes les plus graves » pour l’Organisation, ajoutant qu’il s’agit « d’un abus de confiance particulièrement insidieux envers ceux que nous avons pour mandat de servir et de protéger ».

L’événement est une conférence de suivi du Sommet des dirigeants de l’ONU sur le maintien de la paix en 2015, qui a été co-organisé par l’ancien Président des États-Unis Barack Obama et l’ancien Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon
(AIP)
cmas