Cet article a été publié le: 6/10/21 14:44 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ L’UNESCO appelle les gouvernements à se focaliser sur les préoccupations des enseignants pour relancer l’Education

Abidjan, 06 oct 2021 (AIP)- L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) appelle les gouvernements et la communauté internationale à se focaliser sur les préoccupations des enseignants afin de favoriser la relance de l’Education.

A l’occasion de la Journée mondiale des enseignants célébrée mardi 5 octobre 2021 sur le thème « Les enseignants au cœur de la relance de l’éducation », l’organisme onusien appelle les gouvernements et la communauté internationale à partager également politiques efficaces et prometteuses.

L’UNESCO souligne que la réussite de la relance de l’Education nécessite des investissements accrus. Ces investissements des gouvernements et de la communauté internationale doivent être accentués dans le bien-être, la formation, le développement professionnel et les conditions de travail des 71 millions d’enseignants à travers le monde. Ce qui permettra de remédier aux pertes d’apprentissage et gérer les transformations imposées dans l’enseignement et l’apprentissage par la pandémie de COVID-19, a-t-il noté.

Cette journée fut également l’occasion de saluer l’action des enseignants pour l’éducation des enfants surtout durant les heures chaudes de la COVID-19.

« Il est temps désormais de reconnaître le rôle exceptionnel que jouent les enseignants et de leur accorder la formation, le perfectionnement professionnel, le soutien et les conditions de travail dont ils ont besoin pour déployer leur talent », ont souligné dans une déclaration conjointe,  les organismes engagés dans l’éducation des enfants, à savoir, l’UNESCO, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation internationale du travail (OIT) et le Secrétariat général de l’Internationale de l’Éducation.

« La reprise de l’Education ne pourra aboutir que si elle est conduite main dans la main avec les enseignants, c’est-à-dire en leur donnant la parole et la possibilité de participer à la prise de décisions », ont-ils ajouté.

En outre, l’UNESCO révèle qu’au 30 septembre, de nombreuses écoles restent complètement fermées dans 17 pays, en raison de la COVID-19. Pendant qu’elles ont totalement rouvert dans 115 pays et partiellement rouvert dans 50 pays.

Les gouvernements et la communauté internationale sont appelés à soutenir les enseignants dans la transition vers l’enseignement hybride et à distance. Car, les perturbations de l’éducation causées par la crise de la COVID-19 ont révélé le rôle crucial des enseignants dans la continuité pédagogique.

Mais cette crise a également mis en lumière les défis majeurs auxquels la profession enseignante est confrontée, notamment le manque de formation pour l’enseignement en ligne et l’apprentissage à distance, une charge de travail accrue en raison des cours donnés en demi-groupes, de l’enseignement hybride ainsi que les questions de santé et de sécurité au travail.

De plus, ces organismes notent que « placer les enseignants au cœur de la relance de l’Education nécessite de renforcer leurs effectifs dans certains pays. Selon le sondage mondial réalisé en 2021 par l’UNESCO, l’UNICEF, la Banque mondiale et l’OCDE publié en juillet 2021, seulement 40% des pays en 2020 ont formé les trois quarts de leurs enseignants, aux méthodes d’enseignement à distance et à l’usage efficace des nouvelles technologies.

Selon les prévisions, l’Afrique subsaharienne devra recruter 15 millions d’enseignants du primaire et du secondaire d’ici 2030. Au total, 69 millions d’enseignants supplémentaires seraient nécessaires à travers le monde pour assurer l’enseignement primaire et secondaire d’ici à 2030 (ODD 4.1).

(AIP)

eaa/cmas