Cet article a été publié le: 24/11/21 9:43 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ Plus de 42 000 enfants recrutés en cinq ans par des groupes armés en Afrique de l’Ouest et du Centre (UNICEF)

Abidjan, 24 nov 2021 (AIP)- Plus de 42 000 enfants ont été recrutés et utilisés par des forces armées et des groupes armés, en cinq ans en Afrique de l’Ouest et du Centre, a déclaré mardi 23 novembre 2021, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), s’insurgeant contre ces faits.

Selon l’agence onusienne, l’Afrique de l’Ouest et du Centre a enregistré le plus grand nombre d’enfants recrutés et utilisés par des forces armées et des groupes armés.

« Cela représente plus de 42.000 violations entre 2005 et 2020 », a affirmé la Cheffe de la protection de l’enfance au Bureau régional de l’UNICEF en Afrique de l’Ouest et du Centre, Karin Heissler, lors d’un point de presse à Genève.

Les violations à l’encontre des enfants, se déclinent notamment en des recrutements d’enfants dans des groupes ou forces armées, les meurtres et atteintes à leur intégrité physique, les viols ainsi que les enlèvements d’enfants, les meurtres, les mutilations, les viols et autres formes de violence sexuelle.

Sur cette même période, la région se classe également au premier rang – et au pire – en ce qui concerne le nombre de viols et d’autres formes de violence sexuelle commis contre des enfants. L’UNICEF décompte plus de 8.000 violations.

L’Afrique de l’Ouest et du Centre arrive également en deuxième position en termes d’enlèvements, avec 4.800 cas.

Mme Heissler relève que ces chiffres rapportent des cas vérifiés par l’ONU, soulignant que le nombre réel de violations graves est bien plus élevé, car beaucoup ne sont pas signalées.

Aussi selon l’UNICEF, les tendances sont encore plus inquiétantes. Entre 2016 et 2020, il y a eu une hausse de 50 % du nombre total de violations graves vérifiées.

Cette année, un pourcentage « stupéfiant » de 10 % de ces enfants vivant dans des situations de conflit qui figurent dans le rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur les enfants et les conflits armés ont besoin d’une aide humanitaire.

Pour l’Organisation onusienne, la situation au Cameroun, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo, ainsi que les urgences multi-pays, notamment les crises dans les régions du Sahel central et du bassin du lac Tchad, ont des conséquences dévastatrices sur les enfants.

Selon l’UNICEF, ces chiffres ahurissants interviennent dans « une région de jeunes ». En effet, la moitié de la population de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, soit 282 millions de personnes, sont des enfants.

L’UNICEF s’inquiète aussi des attaques contre les écoles et des hôpitaux, ainsi que le refus de l’accès humanitaire.

L’Organisme demande à toutes les parties au conflit à mettre fin aux violations graves contre les enfants. Il s’agit aussi d’intensifier la documentation des abus graves contre les enfants, qui vont servir lors d’un processus de reddition des comptes.

Pour les enfants recrutés et utilisés, l’UNICEF veut le transfert rapide des enfants des forces armées aux autorités civiles et aux acteurs de la protection de l’enfance afin qu’ils reçoivent une aide appropriée, en tant qu’enfants et en tant que victimes.

De plus, des ressources financières et humaines sont nécessaires pour soutenir les filles et les femmes, y compris les survivantes de violences sexuelles et sexistes.

(AIP)

eaa/ask