Cet article a été publié le: 8/09/21 15:16 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ Plus de $ 600 millions pour la poursuite des opérations humanitaires en Afghanistan (ONU)

Abidjan, 08 sept 2021 (AIP)- L’Organisation des Nations Unies (ONS) a lancé, mardi 7 septembre 2021, un appel de fonds de plus de 600 millions de dollars pour financer ses projets humanitaires jusqu’à fin décembre en Afghanistan, rapporte un communiqué de l’institution.

Après la prise de pouvoir en Afghanistan par les Talibans au terme d’une guerre contre l’ancien gouvernement de Kaboul, le pays fait face à « l’effondrement de ses services de base et de l’aide alimentaire ».

« L’appel est une priorisation des besoins non satisfaits dans le Plan annuel de réponse humanitaire lancé plus tôt cette année, plus les nouveaux besoins émergents », a déclaré, lors d’un point presse à Genève, le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU, Jens Laerke.

Cet appel intervient dans le cadre de la conférence ministérielle humanitaire organisée lundi 13 septembre prochain à Genève. « Nous demandons instamment aux donateurs internationaux de soutenir cet appel rapidement et généreusement. L’événement du 13 septembre est une occasion de s’engager à soutenir cet appel », a-t-il souhaité.

Face aux besoins croissants dans le pays, les Nations Unies espèrent plus d’engagement des pays donateurs. Pour l’ONU, cette aide de 606 millions de dollars est nécessaire pour fournir des vivres et aider près de 11 millions de personnes au cours des quatre mois restants de 2021.

« Cela inclut deux millions de personnes qui n’étaient pas couvertes auparavant par le Plan de réponse humanitaire », a précisé M. Laerke. Ce nouvel appel prévoit ainsi des soins pour 3,4 millions de personnes et des projets dans la lutte contre la malnutrition aiguë d’un million de personnes.

Selon l’ONU, 18 millions d’Afghans, soit la moitié du pays, ont besoin d’une assistance humanitaire. Comme pour aggraver les choses, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’inquiète de « l’insécurité alimentaire » et des menaces qui pèsent sur les moyens de subsistance des populations rurales.

(AIP)

kvm/eaa/cmas