Cet article a été publié le: 27/09/22 15:15 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Inter/ Risque de génocide au Burkina Faso : L’ONU promet de le vérifier sur le terrain

Abidjan, 27 sept 2022 (AIP)- La Sous-secrétaire générale et Conseillère spéciale du secrétaire général des Nations unies pour la prévention du génocide, Alice Wairimu Nderitu promet de se rendre au Burkina Faso pour vérifier sur le terrain les facteurs sur l’éventualité d’un génocide, rapporte l’Agence d’information du Burkina Faso (AIB).

 

«Ce que je fais, c’est d’identifier les facteurs de risque qui peuvent conduire au génocide. (…) Étant ici à New York, je ne pourrai vous dire s’il y a des risques ou pas au Burkina Faso », a indiqué Mme Nderitu, lors d’un échangé vendredi 23 septembre 2022, à New-York avec le président burkinabè, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, sur l’éventualité d’un génocide au Burkina Faso, soulevée par certaines voix à propos de la communauté Peuhl.

 

Elle a promis de se rendre au Burkina Faso et au Sahel pour constater et ainsi pouvoir se situer sur les risques.

 

Ces derniers mois, des messages audios ont circulé dans des groupes WhatsApp, appelant à s’en prendre à la communauté Peuhl, accusée par leurs pourfendeurs de grossir les rangs des terroristes qui frappent durement le Burkina Faso depuis six ans.

 

En juin et en août, le gouvernement burkinabè est monté au créneau pour condamner ces propos haineux et a promis de rechercher et de punir leurs auteurs, rappelle-t-on.

 (AIP)

 dd/sdaf/fmo