Cet article a été publié le: 12/01/23 16:40 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Inter/ Umaro Embalo réaffirme la disponibilité de la CEDEAO à accompagner le Burkina Faso dans la lutte contre djihadisme

Abidjan, 12 Jan 2023 (AIP)-Le président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Umaro Sissoco Embalo, en visite, mercredi 11 janvier 2023,  à Ouagadougou, a réaffirmé la disponibilité de la CEDEAO à accompagner le Burkina Faso, dans la lutte contre le djihadisme.

« Dernier sommet du 4 décembre 2022, à Abuja, au Nigéria, tous les chefs d’Etat de la CEDEAO étaient unanimes pour soutenir les doléances et requêtes du Burkina Faso concernant la lutte contre le djihadisme. Le djihadisme frappe toutes les zones de l’Afrique de l’Ouest et celà préoccupe beaucoup notre organisation qui est de la Cedeao », a déclaré M. Embalo.

« Aujourd’hui,  après nos échanges, j’ai compris beaucoup de choses qui se passent au Burkina Faso. (…),  on va voir dans l’immédiat comment soutenir le Burkina Faso dans ce qu’ils ont besoin dans l’immédiat », a-t-il promis, en faisant remarquer que l’esprit de cette institution régionale n’est pas d’imposer, ni de sanctionner mais d’aider tous les pays en transition.

A son arrivée à Ouagadougou, Umaro Sissoco Embalo a été accueilli à l’aéroport international de Ouagadougou par le président de la Transition, chef de l’Etat burkinabè, le capitaine Ibrahim Traoré. Il a ensuite eu une séance de travail avec le Chef de l’Etat, élargie à leurs délégations avant de s’entretenir en tête-à-tête.

Le capitaine Ibrahim Traoré a été désigné vendredi 14 octobre 2022, « à l’unanimité » président de transition jusqu’à une élection présidentielle prévue en juillet 2024 dans ce pays en proie à la violence jihadiste. Il avait deux semaines avant, mené un coup d’État et destitué l’ancien président de la transition du Burkina Faso, le colonel Paul-Henri Damiba, auteur d’un précédent putsch en janvier 2022.

Les attaques régulières de groupes armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique  (EI) ont fait des milliers de morts et provoqué le déplacement de quelque deux millions de personnes depuis 2015.

(AIP)

sdaf/ask